• Accueil
  • > Tribunes et communiqués

Archive de la catégorie ‘Tribunes et communiqués’

Incidents en marge des manifestations

Lundi 18 octobre 2010

deg.jpg

Communiqué de presse du Front National de la Jeunesse

Les actes de délinquances liées aux mobilisations lycéennes se sont multipliés ce matin dans la Presqu’île de Lyon et aux abords de certains lycées de Nanterre. Des dizaines voitures ont été brûlées et le mobilier urbain a été fortement endommagé par des groupes de voyous peu concernés par le mouvement social de défense de la retraite.

Le FNJ constate une nouvelle fois l’incapacité de l’Etat sarkozyste à faire régner le service minimum de sécurité pour nos compatriotes. Sur ordre des marchés financiers, il brade notre système de protection sociale et condamne les travailleurs français à un déclin social certain ! A genoux devant les technocrates bruxellois, il procède à des baisses drastiques des effectifs de police et de leurs moyens matériels d’intervention pour au prétexte de limiter le déficit des comptes publics.

Face à la tartufferie sarkozyste entretenue avec la complicité objective de certains rebéllocrates lycéens, le FNJ appelle la jeunesse Française et plus largement tous nos compatriotes à rejoindre massivement nos rangs pour démettre le système UMPS et sauver la France avant qu’il ne soit trop tard.

Antoine Mellies, Membre de la Coordination Nationale du FNJ

Les raisons d’un soutien à Marine Le Pen : Valérie Laupies

Dimanche 17 octobre 2010

6367717691700310401292902883320655765454170n.jpg

Vu sur le site officiel de Marine Le Pen : Marinelepen.com

En tant qu’enseignante, directrice d’école en ZEP, j’ai apprécié la lucidité de Marine le Pen au sujet des problèmes de l’Education nationale. Par conséquent, son analyse fine et sans complaisance de cette situation révèle qu’elle a les qualités d’une dirigeante qui sait affirmer des positions claires, sans se corrompre.

Elle est mon espoir pour la France et le peuple français qui mérite une candidate de cette envergure aux élections présidentielles de 2012.


Valérie Laupies
Conseiller régional de PACA

Biographie de Marine Le Pen :

20090423phowww00216.jpgMarine Le Pen est née le 5 août 1968. Après des études primaires et secondaires dans le public, elle obtient une maitrise puis un DEA de Droit pénal à la faculté de Paris Assas. Titulaire du CFPA, elle s’installera comme avocate pénaliste durant plusieurs années, avant de prendre la direction du service juridique du FN en 1998.

 

Engagée très tôt au Front national, adhérente dès 1986 à 18 ans seulement, Marine Le Pen a intégré son Bureau politique en 2000, avant d’en devenir la vice-présidente en 2003.

 

En 1998, elle devient – à la demande des responsables locaux du FN – conseiller régional du Nord-Pas de Calais. Une région dans laquelle elle ne cessera de s’investir, à l’exception d’une brève période en 2004. En 2002 puis en 2007, elle porte les couleurs du mouvement national aux élections législatives dans le Pas-de-Calais, où elle réalise un score remarquable à chaque fois ; en 2007 elle sera même la seule candidate de France à parvenir à se hisser au second tour (42 % !).

 


Attachée au travail de terrain et à la necessité de s’implanter localement, elle est conseiller municipal d’Hénin-Beaumont en 2008 où, aux côtés de Steeve Briois, elle dénonce sans relâche le système du maire Gérard Dalongeville… jusqu’à son incarcération et la tenue de nouvelles élections, où la liste Briois-Le Pen échouera à quelques centaines de voix à l’été 2009, obtenant plus de 48 % tout de même.


Après avoir sillonné le Nord, la Picardie et la Normandie pour les européennes de 2009, où elle retrouve son siège et obtient un score à deux chiffres, Marine Le Pen dirige la liste FN aux élections régionales de mars 2010 dans sa région du Nord-Pas de Calais. A la surprise générale, elle talonne la liste UMP, qu’elle battra largement dans son bastion du Pas-de-Calais. Mieux, son intense activité médiatique, couplée à celle du Président Jean-Marie Le Pen, servira de locomotive à tous les autres candidats et de catalyseur au redressement spectaculaire du Front national.

 

Marine Le Pen est aujourd’hui candidate à la succession de Jean-Marie Le Pen à la présidence du Front national, sa candidature ayant été parrainée par les deux-tiers des secrétaires départementaux du mouvement.

OUI AU MOUVEMENT SOCIAL, NON À LA GABEGIE !

Mercredi 13 octobre 2010

daudet12101021.jpg Photo : Blocus du Lycée de Tarascon le 12/10/2010

Communiqué de presse du Front National de la Jeunesse

De la même manière qu’il est indispensable de séparer les accords de Grenelle du 25 et 26 mai 1968, des évènements du mois de la même année, le Front National de la Jeunesse tient à clarifier sa position quant à la dualité de la gronde qui croît en France depuis quelques jours.

Le Front National de la Jeunesse soutient le mouvement social et les travailleurs français qui défendent, avec les droits qui sont les leurs, un acquis social qui leur est cher et dont la perte annoncée est imputable à la classe politique, soumise au dogme de la rigueur et du mondialisme. C’est à eux qu’incombe la responsabilité des finances publiques qu’ils font mine de redresser alors que le montant des intérêts de la dette n’a jamais été aussi élevé. Le seul prélèvement de l’impôt sur le revenu, soit près de 45 milliards d’euros, ne suffit désormais plus à combler cette brèche !

La retraite à 60 ans, oui c’est parfaitement possible, contrairement à ce que nous disent nos responsables politiques, larme de crocodile au coin de l’œil à chacune de leur déclaration. Les travailleurs français ont raison de vouloir faire entendre leur voix face à ceux qui jouent la sourde oreille. Le Front National de la Jeunesse rappelle cependant que le mouvement national était le seul à prévoir cette dégradation des conditions de vie de nos concitoyens, contrairement à bon nombre de syndicats qui ont accepté peu à peu l’asservissement de la France face à la tyrannie de l’intégration régionale, cheval de Troie de la mondialisation libérale.

Le Front National de la Jeunesse tient cependant à condamner fermement la présence de jeunes lycéens fanfarons en quête de jouissance et d’oisiveté, qui se saisissent de l’occasion pour troubler l’ordre public et ne pas accomplir leur devoir d’écolier français dont le seul corollaire est l’obligation d’assiduité !

Avec le Front National de la Jeunesse dites : « OUI au mouvement social, NON à la gabegie » !

Paul-Alexandre Martin,

Membre de la coordination nationale du FNJ

Réforme des retraites : ni le gouvernement, ni la gauche, ni les syndicats ne sont porteurs d’espérance !

Mardi 12 octobre 2010

Réforme des retraites : ni le gouvernement, ni la gauche, ni les syndicats ne sont porteurs d’espérance ! dans france bp-mlpCommuniqué de Presse de Marine LE PEN, Vice-présidente exécutive du FN, Député Européen :

Les inquiétudes qu’expriment des millions de manifestants aujourd’hui dans la rue sont légitimes. Un large mouvement de défiance s’exprime contre un gouvernement qui, pour obéir aux diktats des agences de notation et des marchés financiers, cherche à faire passer à marche forcée une réforme des retraites injuste et inefficace.

Injuste parce qu’elle pénalise encore davantage les classes moyennes et populaires, en faisant porter sur elles l’intégralité de l’effort. Inefficace, parce que le déficit des caisses de retraite ne sera pas réglé par cette réforme.

Les Français ont raison d’être mécontents. Mais les organisations syndicales ne méritent pas leur confiance. Courroies de transmission de l’idéologie ultralibérale et de la folie européiste, celles-ci cautionnent l’abandon des travailleurs français en les livrant à la concurrence sauvage des pays à bas coût de main d’œuvre. Le jeu de dupes des syndicats a assez duré.

Aujourd’hui, le pays de nouveau est paralysé. Les lycéens et les étudiants sont tentés de rejoindre le mouvement de protestation, avec tous les risques de dérapage que l’on connaît. Gouvernement et syndicats sont en train de jeter la France dans le chaos, jouant dangereusement avec le feu. Chacun se montre irresponsable : le gouvernement défendant coûte que coûte une réforme idiote, les syndicats instrumentalisant le mécontentement populaire pour assurer leur survie, sans rien proposer d’alternatif.

Marine Le Pen, Vice-Présidente du Front National, souhaite comme l’immense majorité des Français une autre réforme des retraites, juste et efficace, mais elle refuse de cautionner des organisations syndicales qui se sont spécialisées dans la trahison des intérêts des travailleurs français.

Elle préconise une réforme fondée sur le maintien de l’âge légal de départ via la réalisation de véritables économies utiles (immigration, fraude sociale, union européenne). Elle demande qu’on élargisse le financement des retraites aux revenus du capital, stock options et spéculation. Elle rappelle qu’à terme seuls le plein-emploi et une vraie politique nataliste garantiront la pérennité de nos pensions.

Qu’on ne s’y trompe pas : ni le gouvernement, ni les partis de gauche, ni les syndicats, tous soumis aux exigences du Medef et des marchés financiers, ne sont en mesure de proposer une réforme des retraites ambitieuse et juste. L’espérance d’un vrai changement n’est pas dans ce camp, mais du côté du Front National !

Cantona parle de la Révolution et des syndicats

Mardi 12 octobre 2010

http://www.dailymotion.com/video/xf549o

Parlement européen : explication de vote de Marine Le Pen sur la demande d’abolition du régime des visas pour tous les pays des Balkans occidentaux

Vendredi 8 octobre 2010

Natios Presse Info :

marine_le_pen_16Explication de vote de Marine Le Pen

Rapport FAJON A7-0256/2010

sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil modifiant le règlement (CE) n° 539/2001 fixant la liste des pays tiers dont les ressortissants sont soumis à l’obligation de visa pour franchir les frontières extérieures des États membres et la liste de ceux dont les ressortissants sont exemptés de cette obligation

***

Une note d’Europol, Eurojust et Frontex a estimé à 900.000 le nombre de clandestins entrant dans l’Union européenne. Document qui qualifie les clandestins en provenance des Balkans comme ayant un fort potentiel criminogène sous l’angle de la drogue, des armes et du trafic d’êtres humains. Alors que nombre de ces pays demeurent fortement instables pour des raisons à la fois géopolitiques, religieuses voire ethniques, le rapport de la socialiste Tanja Fajon nous propose rien moins que d’abolir le régime des visas pour tous les pays des Balkans occidentaux.

Outre que ce passe-droit irait à l’encontre des accords de Schengen et des principes même du fonctionnement et du mécanisme d’adhésion à l’Union européenne, il n’est pas question selon-moi de permettre la libre circulation à des pays tels que la Bosnie-Herzégovine ou l’Albanie. L’invocation de ce » droit fondamental » n’est en réalité qu’une utopie « fourre-tout ». L’Union européenne fait déjà face à une immigration massive et incontrôlée qui détériore profondément l’identité et le niveau économique et social des Nations qui la compose. Plaidons au contraire pour un droit fondamental des peuples à garder le contrôle de leurs frontières et à décider souverainement de qui peut ou ne peut pas entrer sur leurs territoires.

La discrimination positive, une proposition élitiste inadaptée

Samedi 2 octobre 2010

 

tribu0001.jpg

Valérie Laupies, Professeur des Ecoles dans l’Education Nationale a écrit cettte tribune dans l’Observatoire du Communautarisme en mars 2006. Elle rejoindra par la suite le Front National et sera 4 ans plus tard présentée par Jean-Marie Le Pen  aux  élections régionales en PACA. Elle est élue Conseillère Régionale FN depuis mars 2010.

La discrimination positive, une proposition élitiste inadaptée

par Valérie Laupies, professeur des écoles


Professeur des écoles dans les Bouches-du-Rhône, Valérie Laupies ne croit pas que la discrimination positive, prônée notamment par l’économiste Thomas Piketty, soit la réponse adaptée aux carences de de l’égalité républicaine. Réfutant l’idée d’une politique essentiellement orientée par la question de l’accès aux grandes écoles, et donc aux cercles de pouvoir, elle défend plutôt l’idée d’une égalité en droit permettant à chacun d’acquérir dans le système scolaire des connaissances nécessaires à la réalisation d’un projet personnel fondé sur le travail.


Réponse à l’article de Thomas PIKETTY « Education : les promesses de la discrimination positive », publié par Le Monde, 21 février 2006


Thomas Piketty affirme que « tout le monde en convient : la société française doit inventer de nouvelles politiques permettant de faire progresser concrètement l’égalité des chances… ». Pour ma part, professeur des écoles en ZEP et fille d’ouvrier, je n’en conviens pas. Je pense que la République française dotée de sa Constitution, des Droits de l’Homme et du citoyen, du code de l’Education est le meilleur système pour obtenir « l’égalité des chances ». Evidemment, je parle d’égalité des droits et non d’égalité de fait. En revanche, je pense que la discrimination positive elle-même est un principe élitiste qui sape l’égalité d’accès à certaines grandes écoles. En effet, elle considère que seuls ceux qui font de hautes études prestigieuses comme Sciences po réussissent leur vie et qu’il faut laisser entrer les jeunes de milieu socio-culturel défavorisé par une autre porte que celle du concours républicain qui sélectionne sur les compétences.

Or, dans un pays démocratique et républicain, réussir sa vie c’est, je crois, essentiellement trouver sa place dans la société : c’est-à-dire pouvoir être responsable (avoir un emploi, pouvoir construire une famille, participer à la vie civique) et non pas forcément accéder à des postes de pouvoir.


La suite…

Loi sur l’immigration : derrière les effets de manche électoralistes, une politique plus laxiste que jamais !

Jeudi 30 septembre 2010

MarineLePenCommuniqué de presse de Marine Le Pen, vice-présidente du Front National

La loi sur l’immigration actuellement débattue au Parlement ne mérite pas plus qu’on s’y arrête que les 4 lois qui l’ont précédée sur le même sujet ou les 18 lois sur l’insécurité depuis 2002. Cette loi est en effet à simple portée médiatique et se résume en réalité à un amas de mesurettes et de transpositions de directives européennes, cachées derrière des formules électoralistes.

La technique sarkozyste est bien connue désormais, il s’agit comme toujours à travers une loi publicitaire de faire croire aux Français qu’on s’intéresse à leurs difficultés. L’accumulation de lois du même type depuis 8 ans que Nicolas Sarkozy est en charge de l’immigration et de l’insécurité, démontre la vacuité de la démarche et l’ampleur de l’escroquerie. Heureusement, plus grand monde n’est dupe.

La déchéance de la nationalité, débattue aujourd’hui, incarne dans toute sa splendeur la manœuvre. Elle ne concernera en effet que les Français naturalisés depuis moins de 10 ans, condamnés pour meurtre de gendarmes ou de policiers, soit quelques cas par décennie…Même lorsque François Mitterrand était à l’Elysée et jusqu’en 1998, la déchéance de nationalité était d’application bien plus étendue que dans ce projet. En sachant pouvoir compter sur la gauche bobo et ses cris d’orfraie, le pouvoir utilise ainsi quelques symboles pour tenter de tromper l’opinion.

Au-delà des écrans de fumée, la réalité de cette loi est qu’elle transpose en droit français la « carte bleue européenne », qui facilitera l’installation chez nous de travailleurs étrangers qualifiés, ainsi que celle de leur famille. Une nouvelle fois, on mettra en concurrence nos compatriotes avec des étrangers, et on pèsera ainsi à la baisse sur les salaires. Le grand patronat est comblé.

(suite…)

Tarascon : Le verbe dur et la main molle de l’UMP !

Jeudi 30 septembre 2010

jmlpmarseille073.jpg Jean-Marie Le Pen et Frédéric Laupies

Par Frédéric LAUPIES

Dans l’éditorial du bulletin municipal de septembre 2010 à Tarascon (13), le Maire UMP Charles Fabre se fend d’une énième déclaration musclée sur l’insécurité dans la cité provençale. Comme c’est l’usage à l’UMP depuis quelques semaines, Charles Fabre manie le verbe dur, multiplie les promesses et fait croire à sa détermination. 

Les Tarasconnais ne sont plus dupes. Ils constatent que rien ne suit dans les faits. À mesure que les discours de la majorité municipale UMP se durcissent pour des raisons électoralistes, la situation empire et les moyens pour y remédier sont diminués.

Depuis 2004, l’UMP a supprimé dans notre pays 6.000 postes de gendarmes et 10.400 postes de policiers, du jamais vu ! Et la saignée devrait encore s’accélérer d’ici 2012. Comment restaurer l’ordre dans le pays en réduisant drastiquement les forces de l’ordre ? Il y a là une contradiction qui symbolise le mensonge sarkozyste relayé par Charles Fabre sur Tarascon.

Monsieur le Maire qui nous protègera ? Les parachutistes ? Les blindés ? 

Les consultations électorales de 2011 et de 2012 doivent permettre à nos compatriotes d’infliger un carton rouge à l’UMPS. Il est grand temps que l’équipe du Front National de Tarascon, tête haute et mains propres, fasse son entrée sur le terrain.

Frédéric LAUPIES

Secrétaire Front National  de la 16ème circonscription des Bouches du Rhône

 

30/09/2010 : Bruno Gollnisch sur Europe 1

Mercredi 29 septembre 2010

bandeaugoll.jpg

Bruno Gollnisch sera l’invité de Nicolas Demorand le jeudi 30 septembre 2010 à 18h50 sur Europe 1.

Arles (13)- Barriol : Les joies du communautarisme !

Samedi 25 septembre 2010

 valrielaupies1.jpg

Billet de Valérie LAUPIES – Conseillère Régionale FN – PACA -

Voici la vie quotidienne d’un couple de Français d’une cinquantaine d’années dans le quartier de Barriol à Arles.  

 

Monsieur « Martin » fait les « trois huit » à l’usine, pour 1500 euros/mois. Madame « Martin » a assuré son rôle de mère de famille au mieux, en s’impliquant dans la vie des écoles, dans la vie de la cité d’Arles. Aujourd’hui, leur enfant de plus de 20 ans est parti de la maison bien qu’il n’ait pas réussi à trouver un emploi. Il faut dire que la vie à Barriol est devenue insupportable pour la « minorité visible » que représentent les « Martin », c’est-à-dire les honnêtes gens qui survivent de leur travail et qui ont des mœurs de tradition française. 

 

En effet, cela ne plaît pas à l’entourage, qui le leur fait savoir par des insultes, des menaces, proférées par des gens de plus en plus jeunes. Il faut supporter en silence ces agressions (la police ne se déplace plus) pour avoir droit à un « trois pièces » à 430 euros. Alors bien évidemment, Mr et Mme « Martin » cherchent un nouveau logement HLM … mais ils se heurtent à des refus, sans explication. 

 

Ils apprennent par ailleurs que des logements sociaux récemment construits ont été attribués aux familles vivant de minima sociaux, considérées par l’Etat et les collectivités territoriales comme les plus défavorisées et par conséquent celles qui doivent bénéficier des subsides des contribuables. 

 

Alors, dans cette société où les valeurs sont totalement inversées (les méritants sont laissés pour compte), quel espoir donner aux « Martin » de plus en plus nombreux dans notre pays ? Quel espoir donner à ces honnêtes gens, chassés de leur quartier colonisé ? 

 

Ma réponse est : votez pour ceux qui défendront tous les « Martin », votez Front national. 

 

 Voici quelques mesures du FN en matière de logement social: 

 

-         affirmer la priorité pour les Français dans l’attribution des logements sociaux … 

 

-         assurer la transparence dans les procédures d’attribution des logements sociaux. 

 

-         Demander la mise en place de sanctions pour les bénéficiaires de logements sociaux qui ne payent pas leur loyer. 

 

Vous pouvez consulter tout le programme sur le site : http://frontnational.com 

Terrorisme : Sarkozy incapable d’assurer la sécurité des Français expatriés

Vendredi 24 septembre 2010

24 septembre 2010

Marine Le PenCommuniqué de presse de Marine Le Pen, vice-présidente du Front National

Le rapt de 7 Français à quelques heures d’intervalle au Niger et au Nigeria trahit l’inconséquence et l’immobilisme dramatique du gouvernement dans ces drames qui frappent nos expatriés et leurs familles.

Le Quai d’Orsay a dans cette affaire fait preuve d’un laxisme et d’un attentisme irresponsable. En effet, nul ne pouvait ignorer que la France était devenue la cible prioritaire des islamistes de la mouvance Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), depuis l’opération menée par l’armée mauritanienne avec le soutien de la France, le 22 juillet, contre un camp de l’Aqmi, dans le but de libérer l’otage Michel Germaneau.

Or depuis ces menaces lancées contre la France, aucune mesure de précaution, ni même d’information, n’a été prise dans ces pays à risques où résident et travaillent des milliers de Français.

Marine Le Pen, vice-présidente du Front National, dénonce l’irrésolution d’un gouvernement qui n’est même plus capable de protéger nos compatriotes et nos intérêts à l’étranger.

Elle rappelle que si les entreprises qui emploient des expatriés ne sont pas en mesure de mettre en place des dispositifs de sécurité fiables, il appartient à l’Etat français, en collaboration avec les autorités des pays concernés, d’assurer par des moyens militaires, la sécurité des Français travaillant à l’étranger.

Hommage et soutien aux femmes de Lejaby

Jeudi 23 septembre 2010

bruno_gollnisch_6Communiqué de presse de Bruno Gollnisch

Je veux rendre hommage aux femmes ouvrières et couturières de Lejaby qui s’apprêtent à passer une 7ème nuit devant le siège du fabricant de lingerie en réaction au plan social qui prévoit la fermeture, mi-novembre, de trois sites, soit 197 postes sur 653, pour une délocalisation à l’étranger.

Monstrueuse décision de la direction de Lejaby, surtout quand on sait qu’en matière de délocalisation une partie non négligeable des transferts d’activité sont des délocalisations de marge. Les entreprises ne produisent pas moins cher à l’étranger pour faire baisser les prix, mais pour augmenter leurs marges.

Sur la période 2000-2005 étudiée par l’Insee, les délocalisations à l’étranger ont généré approximativement 36.000 destructions d’emplois par an. En France, où le chômage est important parmi les personnes non qualifiées, les pertes d’emplois dues aux délocalisations, qui concernent en priorité ces personnes, sont catastrophiques.*

Le tissu économique français ne cesse de se dégrader : les délocalisations sont l’avatar le plus choquant d’une désagrégation progressive de nos forces productives à plus forte valeur ajoutée, et touchent particulièrement notre industrie.

Le Front National s’est toujours battu et continuera de se battre contre la délocalisation de production française à l’étranger. Il dénonce les effets du mondialisme ultra-libéral et l’ouverture des frontières économiques.

Commission européenne : aujourd’hui la résistance à l’oppression s’impose !

Jeudi 16 septembre 2010

Marine Le Pen

Communiqué de presse de Marine Le Pen, vice-présidente du Front National

L’intervention hallucinante de la « big mother » en chef, Mme Reding, a l’immense mérite de mettre en lumière le pouvoir insensé réellement conféré à une clique de technocrates sans légitimité. Elle constitue la démonstration pratique et édifiante des transferts successifs de souveraineté nationale que nos dirigeants, de droite comme de gauche, ont pitoyablement concédés au détriment de nos intérêts vitaux.

Sûrs de leur domination sur les peuples, les ayatollahs européistes de la Commission croient désormais pouvoir assortir leurs funestes fatwas moralisatrices de menaces et d’insultes publiques.

Avec cette affaire, chacun ne peut aujourd’hui que constater la pertinence de l’analyse du Front National sur le caractère liberticide de cette machine nommée « Union européenne » : le peuple français est aujourd’hui bel et bien dépossédé de sa souveraineté monétaire, budgétaire, économique, législative et territoriale.

Face à l’injure inadmissible faite à la France, les coups de menton de Nicolas Sarkozy relèvent du dérisoire et du faux semblant.

Seule véritable opposante à l’insupportable soumission des Français à la dictature de Bruxelles, Marine Le Pen, vice-présidente du Front National, demande que la France suspende immédiatement sa contribution de 20 milliards à l’Union Européenne et impose l’ouverture immédiate d’une renégociation du traité de Schengen sur la libre circulation. Elle appelle tous les Français à faire valoir pacifiquement et démocratiquement leur droit de résistance à l’oppression et leur droit de résistance à l’occupation.

Déclaration de candidature de Bruno Gollnisch à la présidence du Front National

Jeudi 16 septembre 2010

1164.jpg

Saint-Denis, 16 septembre 2010

 

Mesdames, Messieurs ;

 

Je m’exprime aujourd’hui devant cette basilique Saint-Denis, tombeau d’abord de l’héroïque Denis, premier évêque de Paris, martyrisé en 275, puis joyau de l’art gothique, admirable nécropole royale autrefois profanée par le vandalisme révolutionnaire. Ici reposent tant de ceux qui ont fait la France ou l’ont défendue, de Charles Martel jusqu’au siècle dernier . Nous sommes au cœur d’une région capitale sinistrée par des années de calamiteuse gestion marxiste, minée par une immigration incontrôlée, en proie à une violence à laquelle certains ne voient que des causes matérielles et des excuses sociales, alors qu’elle est 87 fois supérieure à celle de la Creuse, ou cependant la pauvreté est plus sévère. La Seine-Saint-Denis ne doit pas devenir pour la France ce que fut le Kossovo pour la Serbie : berceau de l’Histoire nationale progressivement submergé, puis amputé par les forces d’une coalition étrangère !

 

(suite…)

1...104105106107108