Archive de la catégorie ‘justice’

« La main verticale »

Vendredi 20 mai 2011

http://www.dailymotion.com/video/xiswld

DSK : la Caste tente d’organiser la défense d’un des siens

Jeudi 19 mai 2011

DSK : la Caste tente d’organiser la défense d’un des siens dans france marinelepen2-c7d58-300x195Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

La demande d’intervention de l’Etat français en faveur de la libération de Dominique Strauss-Kahn formulée par le numéro 2 du PS, Harlem Désir, est proprement hallucinante.

Ainsi, sans aucune retenue ni vergogne, l’oligarchie française, sidérée que l’on puisse appliquer à l’un des siens la loi des simples citoyens, demande officiellement au Chef de l’Etat français d’intervenir en faveur d’un membre de la nomenklatura accusé de crime aux Etats Unis, Etat de droit s’il en est.

Cette demande d’un dirigeant de l’opposition au chef de la majorité montre que si cette affaire de viol présumé s’était passée en France, elle aurait été vraisemblablement purement et simplement étouffée.

Marine Le Pen, Présidente du Front National rappelle que l’affaire Strauss-Kahn relève de la sphère strictement privée. M. Sarkozy qui avait eu la malséante idée de promouvoir M. Strauss-Kahn à la tête du FMI par pur machiavélisme politicien, serait bien inspiré de laisser la justice américaine suivre son cours normalement. Nicolas Sarkozy et avec lui la France, se sont suffisamment déconsidérés dans cette affaire pour ne pas en rajouter.

Marine Le Pen appelle les Français à ouvrir les yeux et bien décrypter le spectacle auquel ils assistent. Elle les appelle à la rejoindre pour établir dans notre pays une véritable égalité des citoyens devant la loi et instaurer la même justice pour tous. Les privilèges de caste, ça suffit !

Forte poussée des violences sur un an : Marine Le Pen demande qu’on s’intéresse enfin aux victimes

Mercredi 18 mai 2011

Forte poussée des violences sur un an : Marine Le Pen demande qu’on s’intéresse enfin aux victimes dans france marinelepen-199x300Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Le bilan d’avril de l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale montre une nouvelle très forte poussée des violences en France :

- Violences contre les personnes : +2,43 % en un an, entre mai 2010 et avril 2011
- Violences crapuleuses : +6,3 % en un an
- Homicides : +4,81 % en un an
- Tentatives d’homicides : +16,3 % en un an
- Cambriolages : +3,69 % en un an
Les violences contre les personnes auront donc bondi de 35 % depuis 2002, date à laquelle Nicolas Sarkozy a été nommé ministre de l’Intérieur en charge de la sécurité, avant de devenir président de la République.

Ces résultats catastrophiques soulignent l’échec gravissime du pouvoir en matière de lutte contre les violences. Comme jamais, la barbarie et les zones de non droit prospèrent en France et l’Etat passif laisse la situation pourrir un peu plus chaque jour. Nos jeunes, nos parents, nos anciens sont quotidiennement victimes de ce déchaînement de violence, sans que le pouvoir ne réagisse. 19.000 postes de policiers et gendarmes ont été supprimés depuis 2005. C’est criminel.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, estime que le niveau d’insécurité et de violence a franchi le seuil d’alerte dans notre pays. Elle juge le pouvoir sarkozyste gravement coupable de n’avoir strictement rien fait contre les violences au-delà des mots et des discours sans lendemain.

Elle s’alarme notamment du sort inadmissible réservé aux victimes et à leurs proches, pour lesquels nos dirigeants n’ont ni respect ni considération.

Elle appelle à un changement de cap radical : la victime doit cesser d’être méprisée, la culture de l’excuse doit être combattue, la tolérance zéro doit être appliquée et l’égalité républicaine de tous devant la justice doit enfin être assurée !

BHL : présomption d’innocence à géométrie variable

Mercredi 18 mai 2011

Source : Fdesouche

28/01/2009 : Affaire Garcia : BHL, du côté de la victime, accable l’accusé

http://www.dailymotion.com/video/x8r65m

16/01/2011 : Affaire DSK : BHL défend l’accusé

Image de prévisualisation YouTube

Affaire Guérini : la justice saisit 13 millions d’euros

Mardi 17 mai 2011

gurinia.bmp

Les Echos :  

Des perquisitions ont permis de mettre la main sur des fonds qui auraient pu être détournés des marchés publics de deux décharges du département des Bouches-du-Rhône.

La justice tiendrait les preuves de la culpabilité d’Alexandre Guérini, frère du président socialiste du Conseil général des Bouches-du-Rhône, dans une affaire de marchés publics présumés frauduleux selon « La Provence » de ce week-end. Le quotidien rapporte qu’une somme de 13,7 millions d’euros a été saisie au Luxembourg et en Suisse sur plusieurs comptes où apparaissent son nom. Selon le journal, d’autres pistes conduiraient vers des comptes en Espagne, en Angleterre, au Panama, en Israël et en Asie du Sud-Est.

Les enquêteurs, qui agissaient dans le cadre de 2 commissions rogatoires, visaient 2 sociétés, Immo G Investissements et Sud Investissement, qui auraient accueilli des fonds publics détournés sur 2 décharges du département, à La Ciotat et La Fare-les-Oliviers. Ils ont également identifié une société du nom de Kawai Holding, contrôlée par Alexandre Guérini et sa compagne, Jeannie Peretti, abritant, selon le journal, « des fonds tirés de manière clandestine de l’achat par Veolia de la Somedis », la société qui a exploité jusqu’en 2005 la décharge de la Fare.

DSK au centre

Mardi 17 mai 2011

DSK au centre dans INFO ACTU Philippe-BilgerLibres propos de Philippe Bilger

Depuis dimanche matin, on ne parle plus que de DSK, de la procédure américaine engagée contre lui et de la plainte de cette femme de chambre de 32 ans employée depuis plusieurs années à l’hôtel Sofitel à New York et donnant toute satisfaction selon son employeur (Nouvelobs.com, Le Figaro, Marianne 2).

Il faut attendre. Je constate que dans la journée d’hier je n’ai jamais entendu défendre avec une telle constance répétitive la présomption d’innocence, au moins dans les interventions officielles et médiatiques. Qu’elle se rapporte à DSK n’empêchera pas demain, je l’espère, de la défendre avec la même ardeur au bénéfice de n’importe qui.

Je constate aussi que la justice américaine, sur le plan technique, n’hésite pas avec une rapidité foudroyante à appréhender les personnalités même les plus emblématiques. En France, celles-ci, si elles avaient été dénoncées dans les mêmes conditions, n’auraient pas été ainsi interpellées : elles auraient eu le temps de préparer leur vérité ou leur mensonge.

Si DSK est coupable, l’affaire est à la fois gravissime et absurde. Et il faudrait alors peut-être, comme l’a rappelé Jean-Marie Colombani (France Inter), ne pas oublier la victime dans l’émotion générale et la stupéfaction collective.

S’il est déclaré innocent – il a d’ailleurs décidé avec ses avocats de plaider « non coupable » -, sur le plan politique les dégâts seront tout de même immenses.

Ce n’est pas seulement « un séisme pour l’euro, le FMI et la gauche » (Le Monde) mais pour la France, pour tous les citoyens, de quelque bord qu’ils soient, qui vont devoir désinvestir d’une certaine manière pour retrouver un second souffle.

Je comprends que l’image de DSK menotté et abattu ait suscité infiniment de commisération partout. La détresse d’un homme dans l’instant l’emporte, d’abord et avant tout, sur ce qui va plus tard l’accabler ou non.

DSK : la chute !

Lundi 16 mai 2011

http://www.dailymotion.com/video/xiq46b

DSK : Un précédent en France il y a quelques années ?

Dimanche 15 mai 2011

Image de prévisualisation YouTube

Trois ans de prison ferme requis contre un élu PS des Bouches-du-Rhône

Jeudi 12 mai 2011

mg808101.jpg

Le Parisien.fr :

Trois ans de prison ferme, cinq ans d’inéligibilité et 150.000 euros d’amende ont été requis mercredi contre Bernard Granié, président PS d’une intercommunalité des Bouches-du-Rhône, jugé pour corruption par la cour d’appel d’Aix-en-Provence.
Le président du Syndicat d’agglomération nouvelle (San) Ouest Provence, qui regroupe six communes autour de l’Etang de Berre, avait été condamné le 20 janvier 2010 par le tribunal correctionnel d’Aix à un an de prison ferme, cinq ans d’inéligibilité et 100. 000 euros d’amende.

La suite…

Affaire Alexandre Guérini : deux élus mettent en cause le Conseil général

Mercredi 11 mai 2011

fd1920.jpg

La Provence :

Dans l’affaire des marchés truqués des Bouches-du-Rhône, la préemption en novembre 2004 d’un terrain à La Ciotat par le Conseil général constitue un des axes forts de l’instruction du juge Duchaine. Justifiée à l’époque par des raisons de défense de l’environnement, cette mesure a en fait permis l’extension de la décharge du Mentaure, gérée par l’Agglo d’Aubagne et exploitée par la SMAE, une société d’Alexandre Guérini. Ce qui alimente les soupçons de conflit d’intérêts, le CG 13 étant présidé par son frère Jean-Noël Guérini.

Selon nos informations, deux témoignages viennent d’être versés au dossier et fragilisent la défense du Département, qui jure être victime d’« amalgames ».

La suite…

Marseille : record de colliers arrachés ce week-end

Mercredi 11 mai 2011

colliersmall.jpg

La Provence :

« … Au cours du week-end, une vingtaine de ces vols ont été commis, un chiffre comparable à celui enregistré en plein été, l’année dernière. Même les interpellations, en flagrant délit, qui se succèdent, semblent ne plus freiner la croissance de cette délinquance, exacerbée par la flambée du prix de l’or qui bat aussi des records. Il y a pourtant des suspects arrêtés, comme cet adolescent de 14 ans, interpellé, vendredi vers 19h, boulevard National (3e), alors qu’il venait d’agresser une femme de 37 ans, sur le trottoir… »

La suite …

Marine Le Pen annule sa participation à l’émission « Complément d’enquête »

Lundi 9 mai 2011

Marine Le Pen annule sa participation à l’émission « Complément d’enquête » dans france MARINE-LE-PEN-199x300Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Suite à la découverte du titre et du sommaire du « Complément d’enquête » diffusé sur France 2 ce lundi 9 mai, Marine Le Pen, présidente du Front National, a décidé de ne pas participer à l’émission de Benoît Duquesne. Plusieurs raisons justifient ce choix.

Le titre d’abord, « La tentation de l’extrême droite », ne peut en aucun cas s’appliquer à ce qui est censé être le thème principal de l’émission du jour, à savoir la montée du Front National dans les urnes et les sondages, et les changements induits par la nouvelle présidence du mouvement.

Marine Le Pen a, à de nombreuses reprises, fait savoir qu’elle refusait qu’on associe le terme « extrême droite » au Front National dans la mesure où cela assimile son parti à des mouvances politiques avec lesquelles elle n’entretient aucun rapport.

La volonté évidente d’amalgame déjà révélée par ce titre désolant est confirmée par le sommaire scandaleux de l’émission. Celui-ci juxtapose trois reportages, dont le dernier est consacré au phénomène des skinheads et autres néofascistes. Il n’existe aucun lien, ni humain, ni idéologique, entre le Front National et ces groupuscules dépeints dans le reportage au travers d’un crime particulièrement abject à savoir l’assassinat précédé d’actes de tortures commis par des criminels sur fond de chants nazis. Le fait de traiter dans une même émission des sujets aussi différents démontre la tentative de manipulation de l’opinion à laquelle tente de se livrer l’équipe de « Complément d’enquête ».

Le service juridique du Front National examinera attentivement le contenu des différents reportages et poursuivra devant les tribunaux si sont commis à son égard des diffamations y compris par insinuation. L’époque de la manipulation médiatique sur le Front National est révolue. Plus aucune de ces tentatives grotesques et inacceptables du point de vue de la déontologie journalistique ne laissera le Front National et sa présidente dans l’indifférence ou l’inaction.

Marine Le Pen attire enfin l’attention du public et des instances de contrôle de l’audiovisuel sur le fait que l’émission « Complément d’enquête » est diffusée sur le service public, financé sur fonds publics. Elle condamne très fermement le fait que le service public utilise impunément l’argent des contribuables pour mener une entreprise délibérée de discrédit politique d’un parti d’opposition.

Scandale : Ils n’ont jamais été préfets, mais ils en touchent la retraite

Jeudi 5 mai 2011

Parmi ces préfets fantômes, les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle (photo), 66 ans, et Michel Delebarre, 65 ans

France Soir 05/05/2011 :

Parmi ces préfets fantômes, les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle (photo), 66 ans, et Michel Delebarre, 65 ans SIPA

C’est un scandale français, un de ces abus qui alimentent la rancœur des citoyens contre les politiques. Un de ces arrangements entre amis que l’on cache soigneusement au citoyen, mais qui coûte cher au contribuable. Certains de nos hommes politiques et certains hauts fonctionnaires ont été nommés préfets par nos présidents de la République successifs, ils bénéficient d’avantages liés à cette fonction… mais ils n’en ont jamais exercé la moindre fonction. Parmi ces préfets fantômes, figurent deux stars de la politique, les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle, 66 ans, et Michel Delebarre, 65 ans.

Quel intérêt de nommer un préfet fantôme ? C’est un joli cadeau… financier, facile à comprendre. Le 28 avril 2011, Michel Delebarre a fait valoir ses droits à la retraite de préfet, à l’âge de 65 ans, tout comme l’avait fait le 15 août 2010 Michel Vauzelle. Cela permet à ces deux caciques du PS de toucher aujourd’hui une pension mensuelle de 4.000 € brut, qui vient s’ajouter à leurs indemnités de parlementaires et d’élus locaux : soit 15.124 € brut (Michel Delebarre) et 9.760 € brut (Michel Vauzelle). Sans compter pour chacun une indemnité (forfaitaire) représentative de frais de mandat de député de 6.000 € net. Et cela, en toute discrétion. 

Lire l’article sur francesoir.fr

CG13 : Le « marché de la sécurité, confié à une société liée au grand banditisme »

Mercredi 4 mai 2011

53418093.jpg

La Provence :

Alors que la commission du PS débutait son enquête sur la Fédération des Bouches-du-Rhône, les gendarmes ont perquisitionné, hier, le CG 13. Ils s’intéressent au marché de la sécurité, confié à une société liée au grand banditisme

La trêve des élections cantonales est définitivement terminée pour Jean-Noël Guérini. Si la pause judiciaire a été prolongée de deux semaines avec les vacances de Pâques, les gendarmes marseillais ont redémarré sur les chapeaux de roue. Lundi, ils ont perquisitionné les locaux de 13 Développement, une société d’économie mixte dépendant du Conseil général des Bouches-du-Rhône, où ils ont notamment saisi des documents concernant des marchés publics. Hier matin, les enquêteurs se sont encore plus rapprochés du président PS du Département puisque c’est, cette fois, au « Bateau bleu », le siège du CG 13, qu’ils se sont présentés. Dans le même temps, une autre équipe de gendarmes s’est rendue dans un immeuble voisin, celui de 13 Habitat, l’office HLM du Conseil général.

La suite sur La Provence.com

Marseille : le bras droit du socialiste Jean-Noël Guérini poursuivi pour « destruction de preuves »

Vendredi 29 avril 2011

Marseille : le bras droit du socialiste Jean-Noël Guérini poursuivi pour « destruction de preuves » dans Critique jean-noel_gueriniIl est soupçonné d’avoir ordonné la destruction des ordinateurs du cabinet de Jean-Noël Guérini à la veille d’une perquisition dans ses locaux.

Offensif devant la commission d’enquête interne chargée du fonctionnement du PS des Bouches-du-Rhône, qui l’a entendu hier protester contre les accusations de « clientélisme » et d’« intimidation » portées par Arnaud Montebourg, Jean-Noël Guérini est à nouveau sur la défensive sur le front judiciaire. Le procureur de Marseille, Jacques Dallest, a délivré le 7 avril un réquisitoire supplétif pour « destruction de preuves » contre le principal collaborateur de l’élu socialiste, son directeur de cabinet au conseil général des Bouches-du-Rhône. Celui-ci est soupçonné d’avoir ordonné la destruction des ordinateurs du cabinet de Jean-Noël Guérini à la veille d’une perquisition dans ses locaux.

Lire la suite

1...161718192021