Archive de la catégorie ‘Faits divers’

Marine Le Pen sur BFM-TV

Lundi 25 novembre 2013

BFM Politique: Marine Le Pen, présidente du Front national, répond aux questions d’Apolline de Malherbe (Partie 1/3).

http://www.dailymotion.com/video/x17kxal

BFM Politique: Marine Le Pen, présidente du Front national, répond aux questions d’Apolline de Malherbe (Partie 2/3).

http://www.dailymotion.com/video/x17kxa5

BFM Politique: Marine Le Pen, présidente du Front national, répond aux questions d’Apolline de Malherbe (Partie 3/3).

http://www.dailymotion.com/video/x17kzka

BFM Politique: Marine Le Pen, présidente du Front national, répond aux questions de Anna Cabana du Point.

http://www.dailymotion.com/video/x17kzkd

BFM Politique: Marine Le Pen face à Henri Guaino, député UMP des Yvelines.

http://www.dailymotion.com/video/x17kzvm

L’After RMC: Marine Le Pen répond aux questions de Véronique Jacquier.

http://www.dailymotion.com/video/x17l133

Région Paca : une ex collaboratrice de Vauzelle (PS) était interrogée par la PJ selon Mediapart

Samedi 16 novembre 2013
vauzelle

Une ex-membre du cabinet du président de la région Paca a été interrogée cet été par la PJ de Marseille, dans le cadre d’une enquête préliminaire sur les défraiements que lui a versés une petite association arlésienne.

Au conseil régional Provence-Alpes-Côtes d’Azur (Paca), c’est le grand ménage dans les subventions aux associations. L’affaire Sylvie Andrieux (ancienne vice-présidente PS de la région, condamnée en mai 2013 pour détournement de fonds) cause des sueurs froides au président Michel Vauzelle….

6 mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité requis contre Charles Fabre le maire UMP de Tarascon.

Mercredi 6 novembre 2013

 A l’heure où les Tarasconnais sont invités à prodiguer efforts et sacrifices, et où salariés, artisans, commerçants, agriculteurs et retraités sont toujours plus durement touchés par les difficultés croissantes dans leur existence quotidienne, ils constatent, indignés, la litanie toujours plus longue des scandales qui touchent la majorité UMP depuis 2002.

Le signe flagrant de l’effondrement de la morale publique parmi la caste dirigeante tarasconnaise est certainement la disparition d’une pratique courante en démocratie : la démission.

Ne comptons pas d’ailleurs sur l’opposition municipale locale pour exiger avec véhémence des responsables de la majorité un tel comportement. Elle est elle-même confrontée à tant d’affaires nauséabondes à la région PACA comme au CG13 que dans ce domaine elle a la prudence de ne pas tirer la première… Ils se protègent les uns les autres, leurs intérêts étant intimement liés.

La morale publique ne veut donc plus rien dire dans la pratique quotidienne du pouvoir, elle n’est qu’un thème électoraliste. Il faut de nouvelles règles pour faire régner la culture de la probité, à tous les niveaux : élus nationaux, locaux, personnels administratifs. Il faut inculquer une vraie culture de la transparence, de rupture avec les conflits d’intérêt, et de gestion plus que scrupuleuse de l’argent public.

Le Front National est une force de propositions en la matière, lui qui lutte sans relâche à son niveau contre la corruption et qui a obtenu de si beaux résultats lors des dernières élections cantonales de 2011 et législatives de 2012, en éliminant purement et simplement dès le premier tour des cantonales le candidat UMP Charles Fabre.

6 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité requis contre Charles Fabre le maire UMP de Tarascon. dans Critique fabre-proces001

Tarascon: le maire accusé de favoritisme

Lundi 4 novembre 2013

Tarascon: le maire accusé de favoritisme  dans Faits divers charlesfabremairedetarascon

Charles Fabre, 68 ans, encourt deux ans de prison et 30.000 euros d’amende, ainsi que la privation pour 5 ans des droits civils, civiques et de famille, synonyme d’inégibilité. Malgré sa mise en examen dans cette affaire, il a été réinvesti pour diriger la liste UMP aux prochaines municipales. Il affrontera le FN, qui espère conquérir la ville, où sa tête de liste Valérie Laupies a récolté 57,5% des suffrages lors des législatives de 2012.

Le maire UMP de Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône, Charles Fabre, candidat à sa propre succession, est jugé depuis ce matin par le tribunal correctionnel de Marseille pour favoritisme dans l’attribution du marché public de rénovation de la cité judiciaire de la ville.

Il est soupçonné d’être intervenu, en infraction au code des marchés publics, pour permettre l’attribution au groupement Mastran-Girard, deux entreprises du groupe Vinci Construction, qui ont obtenu le lot principal de ce marché de 10 millions d’euros.

Six personnes physiques au total sont poursuivies dans ce dossier. Outre le maire, le maître d’oeuvre et le directeur de cabinet, plusieurs cadres et responsables de sociétés du groupe Vinci Construction comparaissent pour recel de favoritisme, dont Philippe Avinent, aujourd’hui directeur général adjoint de Vinci Construction.

2002 : Thérèse Aillaud, maire RPR de Tarascon de 1983 à 2002 a été condamnée à dix-huit mois de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité pour détournement de fonds publics (454 000 francs de dépenses personnelles).

2005 : Jean Reynaud, maire de Tarascon  UMP de 2002 à  2005 est reconnu coupable de « prise illégale d’intérêts » et condamné à dix ans d’inéligibilité et à 10 000 € d’amende.

2011 : Charles Fabre, le maire UMP de Tarascon depuis 2005 est mis en examen pour « favoritisme » par le juge d’instruction Charles Duchaine. Cette mise en examen intervient dans le cadre de l’enquête sur les conditions d’attribution d’une partie du marché de la future cité judiciaire de Tarascon, évalué entre 3 et 5 millions d’euros et portant sur le gros oeuvre de maçonnerie.

 

Bijoutier de Nice / François BAROIN (UMP) : « On ne peut pas légitimer, évidemment la légitime défense… »

Mercredi 18 septembre 2013

François BAROIN (UMP)

« On ne peut pas légitimer, évidemment la légitime défense… »
Le Grand Jury RTL 15/09/2013 au sujet du bijoutier de Nice…

Image de prévisualisation YouTube

Soutien au bijoutier de Nice !

Vendredi 13 septembre 2013

Soutien au bijoutier de Nice ! dans Faits divers 3895904

Info : Marion Maréchal Le Pen sera le 27 octobre à Tarascon – Invitée par Valérie Laupies, nous vous donnerons d’ici quelques jours les informations pour participer à cet évènement sur ce blog !

Communiqué de Presse de Marion Maréchal Le Pen, Député du Vaucluse

Il en est assez de cette France qui défend systématiquement les malfaiteurs et leur cherche des excuses. La vérité est ainsi : un délinquant multirécidiviste, déjà condamné pour vol avec violences, a menacé un honnête travailleur, père de famille, avec un fusil à pompe. Celui-ci, pour défendre le fruit de son travail, a réagi dans la panique.

Est-il normal que la justice française soit à ce point inefficace que, à peine sortis de prison (quand ils y purgent effectivement leur peine…), les délinquants et les criminels se sentent si peu menacés qu’ils recommencent leurs forfaits sans complexes ? Est-il normal que le fils de ce bijoutier dise ouvrir son commerce tous les jours « avec la boule au ventre » après avoir subi plusieurs tentatives d’effractions ? Est-il normal que nos élites dédouanent systématiquement les criminels sous prétexte qu’ils seraient des victimes de l’exclusion et de la précarité ?
Peut-être veut-on nous faire croire que le jeune braqueur volait pour manger… Fort heureusement, tous les Français au chômage ne trouvent pas comme seule alternative de violenter et voler les honnêtes gens, malgré la dureté de la crise.

Dans un tel contexte, le projet de loi à venir de Mme Taubira est d’autant plus criminel. Plus que jamais, la hausse généralisée de la délinquance nécessite une augmentation des effectifs des forces de l’ordre. Plus que jamais, la justice doit aujourd’hui être du côté des honnêtes gens.

Prise d’otages à l’Hôpital Nord de Marseille : halte à la minimisation des faits

Vendredi 6 septembre 2013

Prise d’otages à l’Hôpital Nord de Marseille : halte à la minimisation des faits dans Faits divers article_hopital-nord

Communiqué de Presse du Front National

Les propos du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, assurant qu’il n’y avait eu ni « prise d’otages ni séquestration » à l’Hôpital Nord de Marseille, après que le journal La Provence a révélé des faits d’une très haute gravité s’étant déroulés dans la nuit du 12 au 13 août, et étrangement passés sous-silence, participent de cette stratégie de minimisation systématique de la violence.

Après les statistiques faussées de la délinquance sous Nicolas Sarkozy, les négations du gouvernement au sujet des agressions lâches et barbares ayant entouré le dramatique « accident » de Brétigny-sur-Orge, Manuel Valls récidive en refusant de reconnaître cette agression scandaleuse à l’Hôpital Nord de Marseille. Par la même, le ministre de l’Intérieur fait fi du traumatisme des victimes et méprise le personnel soignant qui, par crainte de représailles, a renoncé à porter plainte, ce qui en dit long sur l’état de « l’ordre républicain » dans notre pays.

Le Front National exige que toute la lumière soit faite sur cet incident et demande le renforcement immédiat de la sécurité dans les services d’urgence des hôpitaux situés en zones sensibles et exposés, comme le reste du territoire, à une violence de plus en plus importante.

La Provence / Marseille : le récit minute par minute de la prise d’otages à l’hôpital Nord

Vendredi 6 septembre 2013

La Provence / Marseille : le récit minute par minute de la prise d'otages à l'hôpital Nord dans Faits divers temoignage-jrme

« Ni prise d’otage, ni séquestration » à Marseille, a martelé hier le ministre de l’Intérieur Manuel Valls. Jean-Michel Budet, directeur général adjoint de l’AP-HM, a émis des réserves après nos révélations. Il parle d’« un malade blessé par balles, détenteur d’une arme à feu, qui menaçait le personnel, verbalement, ce qui est assez habituel dans ce milieu. » 

Lui non plus « n’appelle pas ça une prise d’otages ». Pour Jean-Claude Gaudin, « il semble que les faits aient été volontairement exagérés pour créer un nouveau coup médiatique ». En ce qui nous concerne, nous n’entrerons pas dans les querelles sémantiques et nous maintenons notre version. Voici les faits, tels qu’ils se sont déroulés, minute par minute, racontés par un témoin direct. À sa demande, et pour respecter sa sécurité, nous préservons son anonymat.

Lundi 12 au soir, au service de chirurgie thoracique, deux infirmières et deux aides-soignantes prennent leur poste pour veiller sur 30 malades, des patients lourds pour la plupart. La chambre voisine de la salle des soins est occupée par un jeune homme blessé par balles, transféré la veille du service de réanimation. Le personnel, venu lui faire des soins, a trouvé son comportement étrange. Il est excité, méfiant. Tout au long la journée, il a reçu de nombreuses visites.

Dans la soirée, les infirmières sont informées qu’une greffe de poumons va être réalisée dans la nuit. Un greffon a été trouvé . La receveuse est prévenue. Elle doit arriver incessamment dans le service par ses propres moyens.

À minuit 30, le patient blessé par balles sort de sa chambre où deux visiteurs se sont attardés. Il est excité et transpirant. Il surgit dans la salle des soins et dégaine une arme, un revolver noir à la crosse marron. Il la pointe sur les quatre soignantes, à moins d’un mètre de distance. Il leur ordonne de fermer les portes de service.« Le premier qui entre ou qui sort, je le bute. Et si vous donnez l’alerte, je reviens et je vous finis » lance-t-il aux quatre femmes tétanisées.

La suite sur La Provence en ligne …

Marignane (13). Tué par balles pour avoir tenté d’empêcher un braquage / Marwan Rezgui déféré devant le juge.

Dimanche 25 août 2013

Marignane (13). Tué par balles pour avoir tenté d’empêcher un braquage / Marwan Rezgui déféré devant le juge. dans enquête marwan-rezgui

Marwan Rezgui, 18 ans, l’un des assassins présumé de Jacques Blondel, est connu des services de polices pour une douzaine de délits (vols, cambriolages,..3 fois condamné) Il purgeait actuellement une peine de prison de 4 mois avec sursis….

Image de prévisualisation YouTube

Marignane 2013 : la dictature des criminels

Vendredi 23 août 2013

Marignane 2013 : la dictature des criminels dans Faits divers marignane-300x150

Communiqué de Presse du Front National

Chaque jour l’horreur monte d’un cran. Il ne s’agit plus seulement de la dictature des délinquants, mais de la dictature des criminels.
À 18 ans, il braque un commerçant, il porte une arme à feu et tue (lui ou son complice) Jacques qui tentait de s’interposer.
Cette fois-ci Manuel Valls et les autres ne pourront pas sortir l’excuse du déséquilibré. Cette agression préparée et ce meurtre de sang-froid ont été commis par de jeunes monstres qui font maintenant régner la terreur dans tout le pays.
Il faudrait pouvoir les châtier impitoyablement. Toutefois, nous pouvons être sûrs que dans six mois le « jeune » qui vient d’être arrêté sera remis en liberté provisoire en attente d’un procès et de quelques années de prison seulement.

Au-delà de ces monstres, on sait bien que ce sont les politiques de droite et de gauche qui ont gouverné notre pays depuis des dizaines d’années qui sont directement coupables moralement et politiquement de cette descente aux enfers. Il faut bien savoir aussi qu’une des causes principales de cette criminalité est la corruption abominable des responsables politiques à tous les niveaux.

Il est clair que la seule réponse à ce problème majeur de la montée fulgurante de la criminalité en France est le « remplacement » d’une classe politique incapable par les responsables énergiques, décidés et honnêtes du Front national.

Hénin-Beaumont : Gérard Dalongeville (PS) condamné à 4 ans de prison, dont 3 ferme

Mardi 20 août 2013

Hénin-Beaumont : Gérard Dalongeville (PS) condamné à 4 ans de prison, dont 3 ferme dans Faits divers hollande-dallongeville

 

L’ex-maire socialiste d’Hénin-Beaumont Gérard Dalongeville a été condamné à quatre ans de prison, dont trois ferme, lundi 19 août. Le tribunal correctionnel de Béthune (Pas-de-Calais) a rendu son jugement dans le procès de l’ancien élu, poursuivi pour « détournements de fonds publics », « favoritisme » et « corruption passive ».

La condamnation est plus lourde que le réquisitoire. Une peine de quatre ans de prison, dont deux ferme, avait été requise le 10 juin à son encontre, ainsi que 50.000 euros d’amende et une privation de ses droits civiques pendant cinq ans.

Lire la suite de l’article sur FranceTVinfo

demasquons-ps002 dans france

Marseille : 13e règlement de compte – Un homme criblé de balles 9 mm.

Mardi 20 août 2013

Marseille : 13e règlement de compte - Un homme criblé de balles 9 mm. dans Faits divers marseillephoto37

Marseille (Bouches-du-Rhône) : Un homme a été retrouvé , criblé de balles 9 mm au volant de sa voiture, lundi soir, par deux hommes à scooter qui ont pris la fuite, a-t-on appris de source proche de l’. Ce qui a toutes les apparences d’un règlement de comptes s’est déroulé vers 22h dans les à l’Estaque (XVIe arrondissement), à proximité de l’espace Mistral, lieu de concerts et de loisirs. Le véhicule était stationné près d’un restaurant.
L’enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire, déjà saisie de plusieurs affaires de ce type.

Agression au couteau à Marseille : la victime est décédée

Lundi 19 août 2013
Agression au couteau à Marseille : la victime est décédée dans Faits divers mace-300x225

illustration : avril 2011 - Tarascon 13 - agression arme blanche

La Provence :

Le garçon de 18 ans, gravement blessé samedi matin, à proximité du Vieux-Port à Marseille, a succombé à ses blessures, à la mi-journée, à l’hôpital Nord, où il était placé dans le service de réanimation. Des informations rassurantes avaient pourtant circulé hier quant à son état de santé.

Mais ce matin, les responsables de l’AP-HM s’étaient montrés plus perplexes. Le pronostic vital était en fait toujours engagé et les médecins demeuraient pessimistes quant à une évolution favorable.

L’un des suspects, interpellé ce matin, à son domicile de Carnoux, est en garde à vue. Ses deux complices présumés sont toujours en fuite.

Marseille : Ils poignardent un jeune homme puis un infirmier

Dimanche 18 août 2013

Marseille : Ils poignardent un jeune homme puis un infirmier dans Faits divers 1150229_153901624804929_1148014405_n

La Provence :

Plusieurs individus, quatre selon les premiers éléments de l’enquête, sont activement recherchés depuis ce matin après une double agression à l’arme blanche. Les premiers faits se sont produits sur le cours Jean-Ballard (1er) vers 5h30. Là, le groupe s’est battu avec un garçon de 18 ans, qui a reçu un coup de couteau au thorax. Il était en fin de matinée sur une table d’opération de l’hôpital Nord, où son pronostic vital était engagé.

Les agresseurs se sont ensuite rendus à l’hôpital de la Conception, pour se faire eux-mêmes soigner. Refusant d’attendre aux urgences, ils ont alors agressé un infirmier de garde, qui a reçu un coup de couteau au bras droit. Les services de police disposent de nombreux éléments permettant d’identifier les suspects et plusieurs patrouilles sont actuellement à leurs trousses. Cette agression à l’arme blanche intervient une semaine presque jour pour jour après celle qui a coûté la vie à Jérémie Labrousse, l’étudiant vosgien.

Des voyous font détourner un TGV

Mercredi 14 août 2013

Des voyous font détourner un TGV dans Faits divers tgv

Quatre “jeunes” de la banlieue parisienne voyageant sans billet ont semé le trouble dans un TGV qui a dû être détourné à Lyon et a subi un retard de 45 minutes.

Quatre “jeunes” de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) ont mis en émoi toute une rame TGV et pour deux d’entre eux se sont rebellés contre les policiers de la PAF (Police aux frontières).
Partis tôt samedi de la gare de Lyon à Paris, la bande comptait aller se baigner dans la Méditerranée. Direction Montpellier sans billet en poche mais joints à la bouche. Malheur à ceux qui dans le wagon ont émis quelques protestations. Sous l’effet du cannabis, mais aussi de l’alcool, les voyous d’une vingtaine d’années, déjà connus pour des “incivilités”, ont vite réglé le problème à leur façon.

Baladeur arraché des oreilles d’un passager, termes orduriers adressés à une femme et même une gifle envoyée à une jeune fille. Quand les contrôleurs sont arrivés, ils ont été accueillis par une bordée d’injures et de menaces.
Face à une situation ne pouvant qu’empirer, la décision initiale d’effectuer une exfiltration en gare de Nîmes a été abandonnée et c’est tout le TGV qui a été détourné sur Lyon.
L’interpellation par les agents de la PAF ne s’est pas faite sans heurts, de même que la garde à vue de 48 heures. Avec au final des condamnations allant de 1 à 3 mois de prison sans maintien en détention, donc aménageables…

Source : leprogres.fr

12345...18