Archive de la catégorie ‘Faits divers’

Tarascon : L’agresseur du policier est de nationalité algérienne et bénéficiait d’un titre de séjour temporaire et avait été plusieurs fois condamné

Jeudi 4 mars 2010

policetarascon.jpgPhoto La Provence

Le Point.fr :

…Le passager qui, selon les premières investigations aurait pris le volant et écrasé le policier avant de se sauver à pied, devait être mis en examen pour « tentative d’homicide volontaire sur un fonctionnaire de la police nationale ». Il est né en 1984, est de nationalité algérienne, bénéficiait d’un titre de séjour temporaire et avait été plusieurs fois condamné notamment pour infractions à la législation sur les stupéfiants, selon une source proche de l’enquête. Le parquet devrait requérir la détention dans les deux cas.

Dans la nuit de mardi à mercredi, un policier de 35 ans, père de deux enfants, avait été grièvement blessé après avoir été percuté par un véhicule qui refusait de se soumettre à un contrôle routier. Il est hospitalisé à l’hôpital Nord de Marseille dans un état critique, avec son pronostic vital engagé…

Tarascon : Le policier plongé dans un coma artificiel

Mercredi 3 mars 2010

tarascon.jpg

Le gardien de la paix de 35 ans, père de deux enfants, prend en chasse mercredi vers 1 heure du matin avec un de ses collègues une Clio avec deux occupants qui évolue en zigzag sur la chaussée. Le véhicule se retrouve dans une impasse et son chauffeur prend alors la fuite à pied.

 Tandis qu’un des policiers reste sur place pour tenter d’interpeller le passager, l’autre parvient à rattraper le conducteur. En revenant sur les lieux, il découvre son collègue sous les roues du véhicule.

Selon une source proche de l’enquête, les premières investigations concluent au fait que le passager de la Clio aurait pris le volant et écrasé le policier avant de se sauver à pied. Face à ces «faits extrêmement graves», le parquet de Tarascon a décidé de confier l’enquête à la brigade criminelle de la police judiciaire de Marseille.

La victime a été plongée dans un coma artificiel dans l’attente de la résorption d’un hématome crânien, selon ses collègues. Une cellule psychologique a été mise en place au commissariat de Tarascon.

http://www.dailymotion.com/video/x968n6

Insécurité à l’école : halte aux parlottes, de l’action maintenant !

Mardi 16 février 2010

 marinefondvert300x249.jpg

Communiqué de Presse de Marine LE PEN, Vice-Présidente exécutive du FN :

Colloque, commission, table ronde : le gouvernement a dû se gratter la tête pour savoir quelle camelote il allait vendre à l’opinion publique pour lui faire croire en son intention de s’attaquer à l’insécurité scolaire…Ce sont finalement des « états généraux de la sécurité à l’école » (c’est beau comme du Jack Lang !) que le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, vient d’annoncer pour avril prochain. En politique comme ailleurs, manifestement le ridicule ne tue pas…

Cette annonce purement médiatique, qui vise comme d’habitude à endormir les Français, ne résoudra bien sûr aucun problème. Elle débouchera comme toujours sur quelques déclarations d’affichage, aussi inutiles que dérisoires, dans la veine des « équipes mobiles de sécurité », rebaptisées « équipes statiques de sécurité » depuis que leur inefficacité totale a été constatée à Tremblay-en-France le 15 janvier 2010 (rappelons que, sous leurs yeux, une adolescente a été lynchée devant son collège par une cinquantaine de jeunes).

En réalité, le gouvernement multiplie les annonces électoralistes, mais ne fait jamais rien. Tous les ans depuis 2002, Nicolas Sarkozy promet aux Français, la main sur le cœur, de « s’occuper des bandes » et de faire régner « la tolérance zéro ». Et tous les ans, le nombre d’agressions, de bagarres violentes voire de meurtres s’accroît dans nos établissements scolaires. UMP et PS comme d’habitude se renvoient la balle sur le sujet, mais en réalité les deux n’ont nullement la volonté d’agir contre la violence scolaire, que ce soit au niveau national ou local.

Face à l’inaction totale du gouvernement, le Front National entend profiter de sa présence dans les Conseils régionaux pour porter l’idée d’un relèvement général des exigences à l’école, la mise en place d’une carte de lycéen infalsifiable, et la création d’une police de protection des lycées. Pour l’heure, et c’est tout à fait anormal, les professeurs et les surveillants se trouvent en première ligne face à la présence de bandes souvent armées.

Corps de la police nationale spécialisé dans la délinquance scolaire, la police de protection des lycées aura vocation à rétablir l’ordre dans les établissements où la situation est la plus dégradée. En charge des lycées, les régions joueront un rôle premier dans la mise en place de cette police, sur le modèle de la police des transports obtenue en Ile-de-France grâce à l’action des conseillers régionaux du Front National.

Halte à l’enfumage et aux parlottes ! Les Français ont désormais compris que ce gouvernement pourra continuer encore longtemps son petit jeu de manipulation de l’opinion publique, sans que rien de concret n’en sorte jamais.

Marine Le Pen les appelle à se faire bruyamment entendre dans les urnes les 14 et 21 mars prochains.

Tarascon: Le maire quitte la liste UMP pour les régionales 2010 en PACA

Jeudi 11 février 2010

charles fabre

Le JDD :

Le maire UMP de Tarascon, Charles Fabre, a annoncé jeudi son retrait « avec regret et lucidité » de la liste UMP du Pays d’Arles (PACA), où il figurait en 3e position. Il se dit très affecté par sa mise en cause récente dans un dossier lié à des irrégularités dans l’attribution du marché de BTP du futur palais de justice de Tarascon. « Ce dossier est opportunément ouvert à un mois des élections régionales auxquelles je suis candidat. Aussi, je me refuse à envisager que les péripéties administratives liées à mes fonctions de maire interfèrent dans le bon déroulement de la campagne électorale menée par la liste de la Majorité Présidentielle », cite ainsi La Provence.

Le Directeur du cabinet du Maire de Tarascon mis en examen pour « complicité de favoritisme »

Mercredi 10 février 2010

quiliccib.jpg Photo : à droite Bernard Quilici

 

La Provence 10/02/2010 :

Le maire UMP de Tarascon, Charles Fabre, a été placé en garde à vue plus de 24 heures dans les locaux de la brigade financière de la police judiciaire de Marseille. Répondant à une convocation des enquêteurs, le maire s’est rendu lundi matin dans les locaux de la PJ pour s’expliquer sur les conditions d’attribution du marché de BTP de la nouvelle cité judiciaire de Tarascon.

Soupçonnant des irrégularités sur l’attribution de ce marché, remporté par deux filiales du groupe Vinci, Dumez-Méditerranée et l’entreprise Mastran à Arles, la section financière du parquet de Marseille décidait, en octobre dernier, l’ouverture d’une information judiciaire pour « favoritisme » et la confiait à un juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs), Charles Duchaîne.Depuis, plusieurs personnes ont été entendues par la police judiciaire et certaines ont été mises en examen, dont le directeur du cabinet du maire, la semaine dernière.

Jeudi dernier, Bernard Quilici était, en effet, mis en examen pour « complicité de favoritisme » et placé sous contrôle judiciaire, sans toutefois être interdit de travailler en mairie. « La justice tient à éclaircir les conditions d’attribution de certains marchés concernant l’aménagement de l’ancienne caserne militaire dans le quartier Kilmaine, et notamment l’édification de la cité judiciaire », confiait un membre de son entourage. Du côté du groupe Vinci, on observait hier le mutisme le plus complet.

(suite…)

Le maire de Tarascon Charles Fabre en garde à vue depuis hier matin (3ème sur la liste UMP pour les régionales dans les Bouches du Rhône)

Mardi 9 février 2010

charles fabrePhoto : Communauté d’agglomération

Il participe actuellement à la campagne des élections régionales, figurant en troisième position sur la liste que présente l’UMP dans les Bouches-du-Rhône.

La Provence :

Charles Fabre, maire UMP de Tarascon, est actuellement en garde à vue à Marseille, dans les locaux de la brigade financière de la PJ. Il est entendu depuis hier matin, dans le cadre d’une affaire de « favoritisme » concernant des marchés publics liés au BTP. Plusieurs personnes ont déjà été placées en garde à vue dans cette enquête, dont au moins une a été mise en examen pour « complicité de favoritisme ».

Charles Fabre a été élu maire de Tarascon en 2005, en remplacement de Jean Reynaud. Il a été réélu en 2008 malgré des dissidences internes à la droite, obtenant 42,4% des voix au premier tour. Il participe actuellement à la campagne des élections régionales, figurant en troisième position sur la liste que présente l’UMP dans les Bouches-du-Rhône.

Le Figaro : Le maire UMP de Tarascon (Bouches-du-Rhône), Charles Fabre, était en garde à vue à Marseille depuis hier pour un dossier lié à des irrégularités dans l’attribution du marché de la cité judiciaire de la ville, a-t-on appris aujourd’hui de source proche de l’enquête.Plusieurs mises en examen sont déjà intervenues dans cette affaire, notamment pour « complicité de favoritisme », ainsi que des auditions avec le statut de témoin assisté, selon la même source.Le directeur de cabinet du maire et plusieurs cadres de l’entreprise de bâtiment Dumez Méditerranée, filiale du groupe Vinci, ont également été entendus. Une porte-parole de Vinci Construction, à Aix-en-Provence, a confirmé qu’une « enquête était ouverte », tout en se refusant à livrer plus de détails. Le juge d’instruction marseillais Charles Duchaine, de la Juridiction interrégionale spécialisée (chargée des affaires liées au crime organisé), est en charge du dossier.

M. Fabre est maire de Tarascon depuis 2005, et candidat aux élections régionales en Provence Alpes-Côte d’Azur, en 3e position sur la liste départementale de l’UMP dans les Bouches-du-Rhône.

 

 

France2 :

extrait : …/… »Convoqué la semaine dernière, le directeur de cabinet du maire, Bernard Quilici, a été « mis en examen pour complicité de favoritisme et placé sous un simple contrôle judiciaire ne lui interdisant pas de travailler en mairie », a indiqué son avocat Me Jean-Pierre Buravan. « 

Premier braquage à la burqa en France

Mardi 9 février 2010

burqa1.jpg

Nations presse info : 

Deux individus, dissimulés chacun sous une burqa, ont braqué, samedi 6 février, le bureau de poste d’Athis-Mons (Essonne) emportant avec eux un butin de 4.500 €, selon Le Parisien Aujourd’hui en France du 7 février 2010.

Certains témoins de la scène ont cru voir des femmes, mais les deux malfaiteurs, « grands et baraqués », portaient sous leurs burqas noires, des baskets… Pas très féminin ! C’est après l’alarme donnée par des personnels de La Poste que les forces de l’ordre sont intervenues, les policiers du commissariat d’Athis-Mons bouclant les lieux.

L’enquête poursuit son cours avec les premiers relevés de l’identité judiciaire de même que l’analyse des vidéos saisies. Pendant ce temps, les braqueurs en burqa courent toujours. « En fait », selon une source proche de l’enquête, citée par Le Parisien, « c’était le costume intégral parfait… » !

Redif’ : Quand la République se voile la face

Samedi 6 février 2010

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Source : Bivouac ID

Une vie de prof, une vie de chien…

Jeudi 4 février 2010

http://www.dailymotion.com/video/x9xztj

Source French Carcan

L'instituteur et sa classe au début du XXème siècle

“Le peuple qui a les meilleures écoles est le premier peuple, s’il ne l’est pas aujourd’hui, il le sera demain”(Jules Simon)

Bernard Granié condamné pour corruption

Mercredi 20 janvier 2010

grani2.bmp

Le Figaro :

Le président socialiste d’une intercommunalité des Bouches-du-Rhône, Bernard Granié, a été condamné aujourd’hui à 1 an de prison ferme et 5 ans d’inéligibilité par le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence, pour corruption dans le cadre d’un marché public.

Le tribunal a interdit également au président du Syndicat d’agglomération nouvelle (SAN) Ouest Provence d’exercer toute fonction publique pendant 5 ans, avec exécution provisoire du jugement, et l’a condamné à 100.000 euros d’amende. Cinq ans de prison ferme et d’inégibilité avaient été requis en novembre à l’encontre de Bernard Granié.

Le président du SAN, qui regroupe six communes autour de l’étang de Berre, dont Fos-sur-Mer, était accusé d’avoir perçu 300.000 euros en liquide de la société Provence Recyclage entre 2003 et 2006, en échange d’informations sur un marché de collecte des déchets attribué par la collectivité.

L’ancien maire de Fos-sur-Mer, 62 ans, nie les faits qui lui sont reprochés. Selon l’accusation, il n’avait effectué aucun retrait en espèces sur ses comptes bancaires entre décembre 2003 et janvier 2007. L’un de ses avocats, Me Michel Pezet, a indiqué qu’il ferait appel du jugement, sans préciser dans l’immédiat si l’élu allait démissionner.

Le patron de Provence Recyclage, Gérard Calvière, a été condamné à 2 ans de prison avec sursis et 150.000 euros d’amende.

INFO LEPOINT.FR – Jean-Noël Guérini veut poursuivre la presse au nom du département

Samedi 28 novembre 2009

guerini.jpg

Le Point.fr : Fragilisé par l’enquête ouverte à Marseille (notamment pour « corruption », « blanchiment d’argent » et « prise illégale d’intérêt » ) sur d’éventuelles fraudes dans l’attribution de marchés publics, le président (PS) du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, a fait adopter vendredi par sa majorité une disposition l’autorisant à engager des poursuites contre certains médias. Cette décision lui permet d’intenter au nom – et aux frais – de la collectivité qu’il préside des actions en diffamation contre les organes de presse qui ont évoqué l’affaire visant son frère, l’homme d’affaires Alexandre Guérini. Ce dernier a, en effet, été l’objet d’une série de perquisitions conduites la semaine dernière par les gendarmes de la section de recherches de Marseille (et révélées dimanche 23 novembre par lepoint.fr et laprovence.fr).

À la demande de Jean-Noël Guérini, la commission permanente du conseil général a donc entériné un projet de délibération autorisant l’élu socialiste à « entamer les procédures adaptées suite à divers articles et reportages diffusés dans la presse écrite, radiophonique et audiovisuelle mettant en cause le département ». Le texte a été adopté par la majorité de gauche. Les élus de droite, minoritaires au sein de l’assemblée départementale, ont refusé de prendre part au vote.

Surprenante contre-attaque

Survenant après une vague d’informations évoquant le cadre et la portée des investigations en cours, l’initiative de Jean-Noël Guérini apparaît comme une contre-attaque surprenante dans la mesure où le département des Bouches-du-Rhône n’a pas été mis en cause par les médias : l’essentiel des informations publiées évoquait, au contraire, les marchés de la communauté urbaine de Marseille.

Indirecte, la mise en cause de l’élu résulte pour l’heure des soupçons relatifs aux activités de son frère, homme d’affaires dirigeant plusieurs sociétés de traitement des déchets dans les Bouches-du-Rhône. Alexandre Guérini a, pour sa part, fait indiquer…

… lire la suite de l’article

 

MARCHÉS PUBLICS : À Marseille, l’enquête judiciaire évoque des soupçons de corruption et de blanchiment

Jeudi 26 novembre 2009

70667gueriniune.jpg

Jean-Noël Guérini, président (PS) du conseil général des Bouches-du-Rhône, est soupçonné de corruption © Philippe Laurenson/ABACAPRESS.COM

Le Point.fr 26/11/2009 :

L’information judiciaire ouverte au mois d’avril à Marseille sur les attributions de certains marchés publics qui vise le frère de Jean-Noël Guérini, président (PS) du conseil général des Bouches-du-Rhône, retient notamment les qualifications pénales de « corruption », de « blanchiment d’argent » et de « prise illégale d’intérêt », en plus d’éventuelles « atteintes à l’égalité des candidats dans les marchés », « trafics d’influence » et « détournements de fonds publics ».

Selon les informations recueillies par Le Point auprès de sources proches de l’enquête, la procédure ne porterait pas seulement sur des marchés de traitement des déchets, mais aussi notamment sur d’éventuelles fraudes dans les agréments délivrés aux maisons de retraite. Plusieurs de ces délits ne peuvent être reprochés qu’à des élus ou à des personnes exerçant une fonction publique – ce qui n’est pas le cas d’Alexandre Guérini.

Appartement luxueux

Homme d’affaires et patron de plusieurs déchetteries dans les Bouches-du-Rhône, ce dernier a été l’objet de plusieurs perquisitions la semaine dernière, à ses différentes adresses privées et professionnelles. De nombreux documents comptables ont été saisis par les gendarmes – ainsi qu’un véhicule Mercedes -, mais Alexandre Guérini n’est, pour l’heure, visé par aucune poursuite. Le frère de l’élu socialiste était sur écoute téléphonique depuis le mois de février de cette année, ainsi que plusieurs de ses correspondants habituels.

La suite …

Vaucluse-Cavaillon : ils se bagarrent en cours et blessent leur professeur

Jeudi 26 novembre 2009

violence01.jpg

La Provence.fr

Ce professeur a reçu une chaise sur la tête alors qu’il tentait de s’interposer.

Insultes, bagarres… Dans un lycée professionnel, où se côtoient ados de 15 ans et jeunes adultes de 22 ans, souvent issus de milieux défavorisés, les tensions sont le lot quotidien.

 De la violence « ordinaire ». Pas de quoi alarmer les 800 élèves du Lep Alexandre-Dumas, à Cavaillon. Mais cette fois un enseignant a été blessé.

(suite…)

Régionales : en Rhône-Alpes La liste de Bruno Gollnisch obtiendrait les 10 % lui permettant de se maintenir au second tour

Samedi 21 novembre 2009

h2015961081246054418.jpg 

Source : http://www.nationspresse.info/?p=66374

Le président PS du Conseil régional de Rhône-Alpes arriverait nettement en tête au second tour des régionales, mais l’eurodéputée UMP Françoise Grossetête arriverait elle en tête au premier tour. Le président sortant PS s’imposerait largement au second, selon le sondage OpinionWay et ce quelle que soit la configuration, duel ou en triangulaire avec le Front national, comme en duel PS-UMP.

La liste de Bruno Gollnisch, autre Eurodéputé, obtiendrait les 10 % lui permettant de se maintenir au second tour.

L’UMP paierait ainsi sa « complicité active » avec la majorité PS, Verts, Communiste. En effet, les élus UMPéistes ont voté à 99 % les rapports proposés par l’exécutif de gauche tout au long de la mandature en cours allant jusqu’à participer à l’élection de membres de la gauche plurielle face au FN dans les conseils d’administrations des organismes extérieurs. A ce stade là de connivence cela s’apparente d’ailleurs à de la collaboration active. Dès lors les électeurs comprennent bien qu’élire la droite ou la gauche ne fait aucune différence. Les citoyens de Rhône-Alpes pourraient constater aisément à la lecture des comptes-rendus que seul le Front National a fait son travail d’opposition aux délires de Jean-Jack Queyranne.

Les écologistes sont crédités d’un score (16 %) qu’ils n’ont jamais atteint en Rhône-Alpes. Mais les résultats du sondage éloignent pour Jean-Jack Queyranne le spectre de se voir devancer par la liste des Verts-Europe Écologie conduite par Philippe Meirieu qui a été choisi parce que son profil est de nature à attirer les déçus du PS.

Quant au MoDem, dont la liste devrait être conduite par l’ancien ministre de Dominique de Villepin, Azouz Begag, il n’est crédité que de 8 % dans cette région qui, de 1986 à 2004, avait toujours été dirigée par des présidents issus de l’UDF. Mais, de la même façon que pour les élus UMP, les centristes se sont tellement vautrés dans la complaisance avec la gauche que les électeurs ont bien compris que cela ne servait à rien de voter pour des ersatz socialistes et qu’il valait encore mieux préférer les originaux à la copie.

Jean-Marie LE PEN – Déjeuner patriotique – Marseille – Dimanche 14 novembre

Lundi 16 novembre 2009

http://www.dailymotion.com/video/xb61v6

(suite…)

1...1415161718