Archive de la catégorie ‘europe’

Comprendre la dette publique (en quelques minutes) – [rediff']

Jeudi 16 octobre 2014

Cette vidéo est antérieure à 2012 et est toujours d’actualité :

Image de prévisualisation YouTube

Le Monde/I<télé/Europe 1 : Marine Le Pen – 12 octobre 2014

Lundi 13 octobre 2014
http://www.dailymotion.com/video/x27tpbl

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n°377

Dimanche 12 octobre 2014
Image de prévisualisation YouTube

Retour des djihadistes : pour une suspension immédiate de l’Accord de Schengen !

Mardi 7 octobre 2014

Marine Le Pen bfm

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Marine Le Pen demande la suspension immédiate et sans délai de l’Accord de Schengen pour parer au retour des djihadistes partis combattre au Moyen-Orient sur le territoire national.

Conformément au point 2 de l’article 2 de la convention d’application de l’Accord de Schengen, qui prévoit que toutes les mesures nécessaires peuvent être prises par un Etat contractant si « l’ordre public ou la sécurité nationale l’exigent », nous demandons au gouvernement d’activer immédiatement ce levier et de suspendre en conséquence l’application de l’Accord de Schengen.

Les services de sécurité doivent être en situation de pouvoir appréhender tout djihadiste tentant d’entrer sur le territoire national, de la manière la plus efficace possible, c’est-à-dire aux frontières.

Indépendamment de cette solution d’urgence, à laquelle doivent s’ajouter d’autres mesures comme la déchéance de nationalité pour les binationaux, et des interdictions de territoire, le Front National demande de manière plus générale la révocation pure et simple de l’Accord de Schengen afin de retrouver la pleine maîtrise de nos frontières.

Plus que jamais, au delà des principes élémentaires de souveraineté, il en va de la sécurité de tous les Français.

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n°376

Samedi 4 octobre 2014
Image de prévisualisation YouTube

Florian Philippot : « C’est sur Internet qu’il y a le vrai débat »

Samedi 4 octobre 2014

philippot 315

Extrait de l’interview de Florian Philippot sur La Chaîne parlementaire (LCP) le 1er octobre 2014 :

http://www.dailymotion.com/video/x270s57

Visionner l’interview en intégralité (de 15’00 à 30’38) :

http://www.dailymotion.com/video/x27080j

Les Français perdent 1.500 € de pouvoir d’achat chaque année depuis cinq ans

Dimanche 28 septembre 2014

Marché de Tarascon (13)

Photo FL

Communiqué de Presse de Marie-Christine Arnautu, Député français au Parlement européen, Vice-Présidente du Front national en charge des affaires sociales

Selon l’association 60 Millions de consommateurs, le pouvoir d’achat des Français a baissé de 4% depuis 2009. Ce chiffre alarmant représente une réalité dramatique : les Français perdent 1.500 € de pouvoir d’achat chaque année depuis cinq ans.

Près de 9 millions de nos compatriotes vivent sous le seuil de pauvreté .Cette situation est d’autant plus inacceptable que la France redistribue toujours plus d’argent aux nouveaux arrivants, dont des immigrés clandestins entrés illégalement sur le territoire et donc délinquants. Le gouffre qu’est l’Aide médicale d’Etat (près d’1 milliard d’euros) par exemple n’émeut pas davantage l’UMP que le PS , l’attribution de logements sociaux sur le critère de l’urgence sociale et non de l’ancienneté, non plus .

Loin de prendre la mesure de cette réalité, les gouvernements successifs de Nicolas Sarkozy et de François Hollande continuent d’obéir aux injonctions des eurocrates de Bruxelles : toujours moins pour les nôtres, toujours plus pour les autres.

Conseiller de « manger 5 fruits et légumes par jour  » est un bien joli slogan mais qui aujourd’hui en a les moyens ?

Les divers plans d’austérité passés et à venir , la politique de préférence étrangère entraînent la France et les Français vers un suicide collectif que seuls le Front national et l’arrivée de Marine Le Pen aux responsabilités seront capables d’enrayer .

Les agriculteurs français souffrent inutilement de l’embargo russe

Vendredi 26 septembre 2014

Intervention de Marine Le Pen au Parlement européen le 24 septembre 2014.

Image de prévisualisation YouTube

Sarkozy, mais pour quoi faire ?

Mercredi 17 septembre 2014

diaposarkozy2.jpg

Boulevard Voltaire :

Le thème de l’insécurité est certainement le plus consensuel, à droite du moins. Construire de nouvelles prisons (Sarkozy dit 30.000 places, Marine Le Pen 40.000) et revenir sur les lois Taubira, voilà qui ne devrait pas être une source majeure de division ; même Bayrou semble d’accord. Autrement plus délicate est la question de l’immigration, et Marine Le Pen le sait bien. Elle compte d’ailleurs s’en servir comme fer de lance de sa campagne. Les électeurs de droite — du FN, cela va sans dire, mais aussi (enfin ?) de l’UMP — attendent des mesures fortes en matière d’immigration : ce qu’ils veulent, c’est le Kärcher. Comment Sarkozy va-t-il trancher ?

« il a un bilan : c’est le traité de Lisbonne, le retour dans l’OTAN, l’ami des néo-conservateurs américains, l’ami de Kadhafi (avant de le trahir), 465 milliards de dette publique supplémentaire, 78 % d’immigration de plus que sous Jospin , 436.000 emplois perdus malgré 65 milliards de nouvelles niches fiscales et, cerise sur le gâteau, sa propre formation politique en cessation de paiements. »

En 2007 et en 2012 – respectivement avant le premier tour puis entre les deux tours – Nicolas Sarkozy, qui n’a jamais caché son aversion pour le Front national, avait hypocritement « droitisé » sa campagne pour capter les voix des électeurs frontistes. La première fois, le subterfuge avait fonctionné, mais pas la seconde fois. Refaire le coup en 2017 semble exclu, d’autant que la présence probable de Marine Le Pen au second tour rend caduque cette stratégie. Si l’on en croit Le Figaro, Nicolas Sarkozy envisagerait même de fusionner l’UMP et l’UDI… [Et pourquoi pas aussi le PS ? NDA]. N’a-t-il pas déclaré récemment, à en croire Le Nouvel Observateur« Le mariage pour tous, je m’en fous. Ce n’est pas un sujet », rejoignant ainsi les positions du maire de Bordeaux, grand bâtisseur de mosquées, qui déclare à Valeurs actuelles : « Je crois qu’il s’agit d’un acquis [le mariage pour tous], qui a été intégré par la société française. »

Allons ! Sarkozy n’est ni Antoine Pinay ni Philippe Séguin ni encore moins Charles Martel. Sarkozy n’est pas plus un novice, il a un bilan : c’est le traité de Lisbonne, le retour dans l’OTAN, l’ami des néo-conservateurs américains, l’ami de Kadhafi (avant de le trahir), 465 milliards de dette publique supplémentaire, 78 % d’immigration de plus que sous Jospin , 436.000 emplois perdus malgré 65 milliards de nouvelles niches fiscales et, cerise sur le gâteau, sa propre formation politique en cessation de paiements.

C’est ça, le sauveur de la France ?

Toutes les cartes du monde sont-elles fausses ?

Dimanche 31 août 2014

Extrait de l’émission Ce soir (ou jamais !) du 7 février 2012 :

Image de prévisualisation YouTube

Halte aux mensonges sur la sortie de l’euro

Samedi 30 août 2014

afficheeuropeennesmini0.jpg

Boulevard Voltaire :

« La France étant un pays prudent, la plupart des contrats sont à taux d’intérêts fixes, donc une sortie de l’euro n’aura quasiment aucune incidence sur le montant de ces taux d’intérêts. Les Français peuvent dormir tranquilles, le retour au franc n’augmentera pas les mensualités de leurs crédits immobiliers. Cette légende urbaine tenace doit être fermement démentie. »

Régulièrement des experts avancent un argument d’autorité pour expliquer qu’un retour à une monnaie nationale serait une catastrophe, toujours le même : une sortie de l’euro impliquerait une explosion des taux d’intérêts et par conséquent une augmentation importante du montant de la dette. A chaque débat sur le sujet cette idée anxiogène revient sur le tapis.

Les Décodeurs (déconneurs pour les intimes) du Monde l’ont doctement professé dans les colonnes du journal. Plus récemment Maître Villemot, avocat et proche de François Hollande, l’affirma sur le plateau du Grand Journal de Canal+ dans un débat face à Michel Onfray.

Disons le tout net, tout cela est faux. Quelques notions de droit permettent de décrypter quelles seraient les conséquences d’une sortie de l’euro sur les emprunts en cours contractés par les Français.

Il y a plusieurs grands scénarios possibles de retour à une monnaie nationale, et donc plusieurs règles de re-dénomination des contrats en cas de retrait de la zone euro pour les dettes en droit français et en droit étranger.

Le principe est simple pour les contrats de droit français (97 % de la dette française est rédigée en droit français) : dans ce cas peu importe les modalités de sortie de l’euro car la règle sera la re-dénomination des contrats dans la nouvelle monnaie nationale. La France étant un pays prudent, la plupart des contrats sont à taux d’intérêts fixes, donc une sortie de l’euro n’aura quasiment aucune incidence sur le montant de ces taux d’intérêts. Les Français peuvent dormir tranquilles, le retour au franc n’augmentera pas les mensualités de leurs crédits immobiliers. Cette légende urbaine tenace doit être fermement démentie.

(suite…)

Michel Onfray : « Le libéralisme de l’UE, c’est la catastrophe pour des millions de personnes »

Jeudi 28 août 2014

« Vous avez la foi en l’UE, vous avez la foi en l’euro et vous nous expliquez qu’on ne peut pas en sortir, que ce serait la catastrophe. Mais c’est déjà la catastrophe pour des millions de Français actuellement. » – Michel Onfray

Réaction de Marine Le Pen à la croissance nulle au deuxième trimestre 2014

Jeudi 14 août 2014

Marine-Le-Pen_pics_809

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Le nouveau trimestre de croissance nulle que vient de vivre la France doit définitivement alerter nos compatriotes sur l’incompétence grave de nos dirigeants successifs, incapables année après année de remettre en cause les dogmes absurdes qui guident leur politique économique.

Il est maintenant pourtant plus qu’évident que la politique économique de la zone euro est un échec total et qu’il convient de changer de modèle. L’austérité aggrave la crise, en déprimant la consommation comme l’investissement et la production. L’euro continue d’enfoncer nos pays dans la sous-croissance et la désindustrialisation. L’ouverture totale des frontières et le refus de toute forme de protectionnisme accélère la disparition de notre industrie.
Hier, le numéro 1 du Parti Socialiste M.Cambadélis souhaitait un grand débat national sur la politique économique en France et en Europe. Nous lui répondons chiche, mais à condition bien sûr que le débat soit total, et qu’il porte sur l’ensemble des sujets que le PS comme l’UMP ont jusqu’ici toujours refusé de discuter par pur dogmatisme…

Ainsi, nous porterons dans le débat l’idée que la France doit tourner le dos à une austérité ravageuse et retrouver des muscles face à la mondialisation sauvage par une monnaie nationale enfin adaptée à ses besoins, un protectionnisme intelligent comme le pratiquent tant de pays dans le monde, et un patriotisme économique pleinement assumé, en soutien en particulier à nos TPE, PME et PMI. Cette politique de dynamisation économique et sociale ne se fera pas dans le cadre anesthésiant de l’Union européenne.

Ukraine, la double peine pour les agriculteurs français

Samedi 9 août 2014

agriculteurchamppou9131b.jpg

Communiqué de Presse du Front National

L’accord de libre-échange négocié entre l’Union européenne et l’Ukraine a, dans un  premier temps, mis notre agriculture en concurrence frontale avec celle d’un pays dans lequel le salaire de base est inférieur à celui de la Chine. Les tensions générées par cet accord viennent d’aggraver encore lourdement la situation, la Russie ayant décidé de riposter aux sanctions occidentales en décrétant un embargo sur les importations alimentaires et agricoles en provenance de l’UE. Soit, pour l’agriculture française, un manque à gagner colossale de plus de 730 millions d’euros par an qui ne manquera pas d’aggraver encore la crise de l’élevage et de l’agroalimentaire.

Entre libre échangisme fanatique et absence de toute vision stratégique et économique à moyen terme, l’Union européenne est devenue la principale menace pour l’avenir de l’agriculture française et de ceux qui en vivent. Opposé aux sanctions contre la Russie et à la multiplication aberrante des traités de libre-échange, le Front National représente le seul recours à même d’éviter le naufrage annoncé.

Mariage homosexuel : Monty Python avait tout prévu il y a 34 ans !

Samedi 9 août 2014
Image de prévisualisation YouTube
1...56789...32