Archive de la catégorie ‘économie’

L’insuportable dichotomie entre le pays légal et le pays réel

Jeudi 22 juillet 2010

http://www.dailymotion.com/video/xe3wv4

Nations Presse Info

Redif’ : « Marine Le Pen : « Sur les retraites, Sarkozy vous enfume »

Jeudi 15 juillet 2010

http://www.dailymotion.com/video/xdo267

473 796 visas accordés au Maghreb et à la Turquie chaque année

Samedi 10 juillet 2010

Les Echos de ce vendredi 9 juillet rapportent ces chiffres du ministère de l’Immigration pour l’année 2008. Depuis, nous l’avions vu, François Fillon s’est engagé à accorder 170 000 visas aux Algériens annuellement, jugeant certainement que le chiffre de 40% de chomeurs dans les banlieues de l’immigration n’est pas suffisant.

1199741420.jpg

 Source

A Nîmes et Tarascon, Conserves France licencie

Mercredi 9 juin 2010

46conservesfrancest.jpg

Le Midi Libre :

L’entreprise Conserves France va supprimer 65 postes sur les sites de Nîmes et Tarascon. Cette filiale française d’un géant de l’alimentaire (1), spécialisé dans la fabrication et la mise en conserve de produits frais et l’élaboration de plats cuisinés , est présente à Vauvert, Nîmes, et Tarascon. C’est d’abord la CGT, par communiqué, qui a annoncé un « plan social prévoyant la suppression de 65 emplois sur les sites de Nîmes et Tarascon » . Jointe hier, la direction nîmoise préfère parler de la supression de « 65 postes sur les deux sites », selon Michel Ferrari, directeur des ressources humaines au siège nîmois : « Il faut prendre en compte les mesures de reclassement. Il y aura des licenciements, mais pas 65. La suite…

La crise du crédit (VOSTFR)

Lundi 7 juin 2010

Une explication animée de la crise des subprimes aux États-Unis qui a été l’élément déclencheur de la crise actuelle.

http://www.dailymotion.com/video/xdjq7m

Source

Le poids de la dette privée menace l’Espagne en 2010

Lundi 7 juin 2010

Le Figaro

En 2008 en Espagne, la dette cumulée des ménages et des entreprises atteignait 220% du PIB, selon Eurostat, contre 159% en France, 138% en Italie et 130% en Grèce, cancre européen de la dette publique. Seul le Portugal bat les records de son voisin hispanique avec 255%! Le problème se résumant en un mot: la pierre. Encore aujourd’hui, les créances immobilières représentent plus de 70% de la dette des ménages.

http://www.dailymotion.com/video/xdl31e

Vidéo : Le modèle espagnol est un exemple à suivre pour Michel VAUZELLE -2008 – (PS-Président de la région PACA)

Source Vidéo : le Forum de Réseaux de Régions du Monde – Marseille Novembre 2008

« ….en Espagne l’immense majorité des crédits immobiliers sont négociés à taux variable. Ils sont indexés sur l’Euribor, le taux de prêt interbancaire de la zone euro… la montagne russe assurée. En 2008, José Maria a perdu son emploi. «Quand j’ai été licencié, j’ai eu droit à huit mois de prestations chômage. Ensuite, je n’ai plus reçu aucune aide.» Il a cessé de payer la banque pendant neuf mois, puis son logement a été saisi. »

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/06/06/04016-20100606ARTFIG00195-le-poids-de-la-dette-privee-menace-l-espagne.php

Ryanair visée par une enquête pour travail dissimulé

Mardi 25 mai 2010

 ryanair.bmp

Le procureur de la République d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) a ouvert le 8 avril dernier une information judiciaire contre la compagnie irlandaise à bas coût Ryanair pour « travail dissimulé, prêt illicite de main d’oeuvre, emploi illicite de personnel naviguant et entrave au fonctionnement du comité d’entreprise ».

Le préjudice total dont pourraient avoir été victimes divers organismes sociaux pourrait dépasser les 4 millions d’euros.

La compagnie Ryanair aurait embauché sous contrat irlandais quelque 120 salariés qui travaillaient sur la base d’exploitation de Marignane (Bouches-du-Rhône) et auraient donc dû être déclarés sur le territoire français.

Plusieurs opérations de perquisition ont eu lieu le mois dernier. Cette enquête fait suite aux investigations de l’Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI).

Le patron de la compagnie, Michael O’Leary (plusieurs fois millionnaire) se déclare pro-Européen convaincu. Il avait déposé une plainte auprès de la Commission européenne contre le plan de sauvetage selon lui “illégal” de sa concurrente italienne Alitalia(octobre 2008). Dans un communiqué, Ryanair avait jugé que ce plan, qui prévoyait le rachat d’Alitalia par un groupe de patrons italiens, avec la bénédiction du gouvernement, était une nouvelle illustration “de la protection illégale dont les compagnies nationales continuent à bénéficier de la part de leurs Etats, à hauteur de plusieurs milliards d’euros”.

Le SNPL, syndicat de pilotes de lignes en France, estime que la low cost doit appliquer à Marseille, où elle possède une base, le droit social français. Pour le syndicat, “tout en pratiquant un chantage aux subventions locales, Ryanair ne s’acquitte pas des charges sociales françaises, en distorsion de concurrence par rapport aux compagnies françaises qui opèrent les mêmes lignes”.

Fred LAUPIES

Sauver la Grèce ou sauver les banques ?

Lundi 17 mai 2010

Nations Presse Info : http://www.nationspresse.info/?p=101512#more-101512

Alain de Benoist

Alain de Benoist

Une chronique d’Alain de Benoist publiée sur le site Vonxr.com.

Il n’a fallu qu’un quart d’heure au Parlement français pour se rallier au plan de « sauvetage de la Grèce » (3,9 milliards d’euros) proposé par Nicolas Sarkozy et son ministre de l’Economie et des Finances, Christine Lagarde : sur 577 députés, une cinquantaine seulement (du « souverainiste » Nicolas Dupont-Aignan au communiste Jean-Pierre Brard) ont fait défaut au gouvernement, qui s’était déjà assuré du soutien unanime du parti socialiste – le socialiste Jérôme Cahuzac, président de la Commission des finances, allant jusqu’à lancer : « Protéger la Grèce, c’est protéger l’euro, et donc notre argent ! » Aucun parlementaire ne s’est apparemment demandé qui l’on va aider en réalité.

Parmi les économistes, quelques voix discordantes se sont quand même fait entendre. Quoique minoritaires, elles sont unanimes : faute d’avoir cherché à réformer le système économique et financier dans son ensemble, l’aide à la Grèce ne peut que s’apparenter à la « stratégie des Danaïdes ». Autrement dit, on va tenter de remplir un tonneau qui n’a pas de fond.

Le plan général de sauvetage de la Grèce mis au point durant le week end des 8 et 9 mai pour calmer la fièvre spéculative des marchés s’élèvera à 750 milliards d’euros, dont 250 milliards promis par le Fonds monétaire international (FMI). Une somme, en partie « virtuelle », qui représente le montant monétaire les plus fabuleux que l’on ait jamais mobilisé (le New Deal de Roosevelt avait coûté l’équivalent de 50 milliards de dollars d’aujourd’hui, le Plan Marshall l’équivalent de 100 milliards d’aujourd’hui), mais qui, en même temps, ne représente qu’à peine plus de 10 % de la dette de la zone euro, soit 7000 milliards d’euros !

Ce qu’on oublie de dire, remarquent la plupart de ces économistes, c’est que la crise actuelle n’est pas tant une crise du déficit budgétaire de la Grèce qu’une crise des banques (entre 2005 et 2010, la dette publique grecque a été souscrite à 43 % par les banques, 22 % par des fonds mutuels et 15 % par des fonds de pension). L’opération de sauvetage n’est donc pas destinée à la Grèce mais, comme au lendemain de la crise de 2008, aux banques qu’il s’agit de sauver par crainte de voir celles-ci restreindre leurs prêts en faisant monter leur taux de crédit. En d’autres termes encore, ce ne sont pas les Etats défaillants de la zone euro que l’on cherche à sauver, mais bel et bien leurs créanciers Comme rien n’est entrepris parallèlement pour stopper la spéculation, les banques pourront ensuite continuer de manipuler les cours comme elles l’entendent, sachant désormais qu’en toute hypothèse elles seront remboursées.

(suite…)

Retraites : le gouvernement entre flou et tromperie

Lundi 17 mai 2010

Retraites : le gouvernement entre flou et tromperie dans économie bp-mlpCommuniqué de Presse de Marine LE PEN, Vice-Présidente exécutive du FN :

Le document d’orientation du gouvernement sur les retraites est un habile exercice de communication politicienne qui vise à masquer sur le fond un très grand flou et une incapacité à sortir de schémas conformistes et injustes.

Alors que l’essentiel de la réforme portera sur un allongement de la durée de cotisation, le gouvernement prend soin en effet de largement médiatiser sa volonté de mettre en place une « contribution supplémentaire de solidarité sur les hauts revenus et les revenus du capital ». La nature, l’assiette et le montant de cette contribution ne sont en aucun cas précisés. Qui sera affecté par cette contribution ? Voilà une autre question laissée sans réponse.
Derrière les fumées de la communication, ce flou volontairement entretenu laisse penser que cette contribution sera dérisoire et uniquement symbolique. Elle n’a d’autre objectif que de faire croire aux Français que l’effort demandé sera équitablement partagé et de donner une coloration sociale à une réforme qui promet d’être violemment injuste.

Sous la pression des marchés financiers, le gouvernement en effet concocte à la va-vite une réforme inéquitable et inefficace. Elle fera porter la quasi intégralité de l’effort sur les plus modestes, en accroissant encore la durée de cotisation. Comme le Parti Socialiste, il se montre incapable de sortir des solutions réchauffées qu’il a choisies depuis longtemps déjà, celles qu’ont toujours défendues le Medef et la Commission européenne.

Marine Le Pen demande au gouvernement de révéler clairement ses intentions réelles sur la réforme des retraites, et de faire preuve d’un peu plus d’imagination. Au lieu d’enfermer les Français dans un faux choix entre augmentation des cotisations et report de l’âge de la retraite, il serait plus inspiré de remettre à plat le mode de financement des retraites. Il faut en particulier s’intéresser aux sources d’économie mobilisables (sur l’immigration, la fraude sociale ou l’Europe) pour assurer un équilibre financier du système et un niveau de pension décent pour tous.

Fuite en avant pour sauver le soldat euro : maintenant la mise sous tutelle des Etats !

Mercredi 12 mai 2010

Communiqué de presse de Marine LE PEN

Fuite en avant pour sauver le soldat euro : maintenant la mise sous tutelle des Etats ! dans économie bp-mlpL’Europe a perdu la tête. Refusant par dogmatisme de voir le vrai problème, l’euro, elle est engagée dans une fuite en avant parfaitement irresponsable pour sauver la monnaie unique, au détriment des peuples. Le sabordage a d’abord été financier, concrétisé par l’engagement de 750 milliards d’euros, au prix de nouvelles dettes. Il est maintenant institutionnel.

La nouvelle folie consiste en effet à priver les Etats de leur ultime espace de liberté, des dernières marges de manœuvre dont ils disposent : leur budget. Les dirigeants européens envisagent ainsi que les budgets des Etats de la zone euro soient d’abord validés par la Commission de Bruxelles avant d’être soumis aux parlementaires nationaux. Pire, la Commission réfléchit à priver les Etats jugés « laxistes » de subventions européennes, aides régionales et agricoles ! Cet argent est pourtant celui des Etats, versé par leurs contribuables !

Ce plan dessine une véritable mise sous tutelle des Etats, incompatible avec les principes les plus élémentaires de la démocratie. Il signifie la prise de pouvoir complète de la technocratie sur le politique.

Le site du Front National

Plan européen : l’euro quoi qu’il en coûte !

Mercredi 12 mai 2010

crise.bmp

http://www.nationspresse.info/?p=101106#more-101106

Le plan européen de 750 milliards d’euros de soutien aux économies en difficulté de la zone euro n’est qu’une nouvelle étape, logique, sur la route sans fin de l’euro à tout prix.

Puisque les dirigeants européens refusent de regarder le problème en face, et ce problème s’appelle monnaie unique, ils sont contraints de payer toujours plus cher pour espérer maintenir le statu quo. Chaque jour, les marchés font augmenter l’addition de l’euro, monnaie à laquelle ils ne croient plus, et chaque jour les gouvernements acceptent d’aligner les milliards correspondants.

« L’accord prouve que nous défendrons l’euro quoi qu’il en coûte », a commenté hier le commissaire européen aux Affaires monétaires Olli Rehn. En voilà un qui a au moins le mérite d’être honnête.

(suite…)

Humour : « La Bourse »

Jeudi 29 avril 2010

Les inconnus (redif’)

http://www.dailymotion.com/video/x68j3s

De 540 M€ à 800 M€ de fraudes sur les aides sociales

Jeudi 29 avril 2010

Source François Desouche

http://www.fdesouche.com/articles/111932

Un rapport confidentiel de la Caisse nationale des allocations familiales estime que 2,15 % des bénéficiaires d’allocations sociales, soit 200 000 personnes, sont des fraudeurs.

903720fraudes.jpg

Une étude inédite de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) dresse, pour la première fois en France, un état des lieux précis sur cette question sensible.

L’impact financier théorique de ces fraudes « serait compris entre 0,91 % et 1,36 % des prestations versées en 2009, soit entre 540 M € et 808 M € » (sur environ 60 Mds € ). Un chiffre nettement supérieur aux données connues à ce jour : en septembre 2009, la Cnaf avait estimé à 9 397 les fraudes recensées en 2008, pour 79,77 M € . Le coût réel serait donc sept à dix fois supérieur aux précédentes estimations…

France 2 enregistre sa meilleure audience de la saison

Vendredi 9 avril 2010

Nations Presse Info

C’est L’Objet du scandale, l’émission qui avait pour invitée Marine Le Pen et diffusée en direct sur France 2, qui enregistre la seconde place des audiences  de la deuxième partie de soirée.

Diffusée à 22h15, l’émission de Guillaume Durand a réuni  avant hier soir 1 800 000 personnes soit 14,6 % de part de marché, lui permettant d’enregistrer sa meilleure audience et sa meilleure part d’audience de la… saison !

Comme quoi inviter Marine Le Pen c’est oser se tourner vers l’avenir !

Les meilleurs moments :

Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

VOIR L’INTEGRALE

Usines de TEMBEC : « Opacité » de l’acheteur selon les syndicats

Mercredi 7 avril 2010

image51906502.jpg

DEPECHE.FR 

La direction canadienne du groupe Tembec a annoncé que « des négociations étaient très avancées entre sa filiale européenne et la société néerlandaise Paper Excellence B.V. en vue de la vente de ses usines de pâte à papier de Saint-Gaudens et de Tarascon. » La transaction envisagée représenterait, environ, une somme de 100 millions d’euros.

L’annonce de la vente devrait être officialisée à l’occasion du comité d’entreprise qui doit se tenir à Saint-Gaudens ce vendredi. Les syndicats s’interrogent sur ce repreneur, une société en cours de création. Les syndicats parlent « d’opacité ». D’autant que lors du CE extraordinaire de vendredi est annoncée la présence d’un représentant du groupe Sinar Mas, conglomérat indonésien ayant pour filiale Asia Pulp & Paper.

1...394041424344