Archive de la catégorie ‘économie’

Valls se moque des agriculteurs français, sa seule obsession c’est le Front National !

Jeudi 26 février 2015

valls

Les responsables UMPS tuent l’agriculture française depuis des décennies, et ils prétendent encore donner des leçons ? Rappelons aussi et toujours que la PAC n’est jamais financée qu’avec l’argent des Français, pas avec celui des autres pays : la France verse chaque année environ 21 milliards d’euros au budget européen et n’en récupère que 13, PAC comprise, soit 8 milliards d’euros de pertes sèches, par an.

Communiqué de Presse du Front National

Comme le Président de la République samedi dernier, Manuel Valls, en visite au salon de l’agriculture, a fait du Front National son obsession numéro un. C’est dire la déconnexion totale du pouvoir avec les Français, qui donne dans la politicaillerie et ignore totalement les graves problèmes qui accablent la France, notamment dans l’agriculture.

Il nous reproche ainsi de vouloir détruire un modèle européen qu’il vante abondamment alors que ce modèle a appauvri la France, laminé son industrie et mis à mal son agriculture par une concurrence déloyale interne, des normes stupides et inapplicables, et une déréglementation des prix exposant les matières agricoles à la pire spéculation. C’est précisément la mise en œuvre de ce modèle européen qui détruit la France, et il est de la responsabilité de tous les patriotes de le combattre.

Les responsables UMPS tuent l’agriculture française depuis des décennies, et ils prétendent encore donner des leçons ? Rappelons aussi et toujours que la PAC n’est jamais financée qu’avec l’argent des Français, pas avec celui des autres pays : la France verse chaque année environ 21 milliards d’euros au budget européen et n’en récupère que 13, PAC comprise, soit 8 milliards d’euros de pertes sèches, par an. Lorsque nous verserons directement les fonds à l’agriculture française sans passer par la spoliation de Bruxelles, alors la politique menée sera beaucoup plus efficace et plus juste.

L’agriculture française crève de l’Europe, et si le Premier ministre ne s’en aperçoit pas alors qu’il ne s’étonne pas du mariage réussi du Front National avec le monde rural. Le Front National qui propose un modèle patriote de redressement de notre agriculture.

La capitulation grecque confirme notre analyse sur l’euro !

Mercredi 25 février 2015

La capitulation grecque confirme notre analyse sur l'euro ! dans économie 648x415_image-archive-precedente-rencontre-21-mai-2012-entre-jean-luc-melenchon-alexis-tsipras-leader-gauche-radicale-grecque-etoile

La capitulation face à l’Union européenne et l’Allemagne est totale, et on peut faire le pari que très rapidement ce gouvernement tombera dans les abîmes de l’impopularité.

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Comme nous l’avions analysé dès l’arrivée au pouvoir de Syriza, le nouveau gouvernement grec était confronté à un choix : soit rester dans le carcan de l’euro et trahir rapidement ses promesses anti-austérité, soit retrouver la liberté monétaire en quittant l’euro pour pouvoir réellement changer de politique. Ce choix est extrêmement intéressant, porteur de débats féconds sur la monnaie unique et l’austérité : c’est pour que ce débat ait lieu que le Front National a souhaité le changement de majorité en Grèce.

L’accord obtenu à Bruxelles confirme que le gouvernement d’Alexis Tsipras a choisi l’euro et par conséquent la trahison de ses engagements de campagne. La capitulation face à l’Union européenne et l’Allemagne est totale, et on peut faire le pari que très rapidement ce gouvernement tombera dans les abîmes de l’impopularité.

A la lumière de l’épisode grec, les Français auront dans tous les cas pris conscience de l’incompatibilité désormais radicale entre l’euro et la démocratie d’une part, et l’euro et la prospérité d’autre part.

A l’image d’une partie du PS, d’une aile de l’UMP ou d’un Jean-Luc Mélenchon en France, ceux qui vendent aux Français « une autre politique » sans prévoir en même temps de redonner à la France les instruments de sa souveraineté, monétaire et budgétaire notamment, sont dans le mensonge.

Plus que jamais, le Front National veut extirper la France de l’eurodictature en lui redonnant la maîtrise de sa monnaie, de son budget et ses frontières, pour lui permettre de rompre avec la sous-croissance, le chômage de masse, le sur-endettement et l’austérité.

Redif’ – Marine LE PEN : Les agriculteurs français souffrent inutilement de l’embargo russe

Lundi 23 février 2015

Intervention de Marine Le Pen au Parlement européen le 24 septembre 2014.

Image de prévisualisation YouTube

Avec le FN, la réserve parlementaire sera supprimée

Vendredi 13 février 2015

Avec le FN, la réserve parlementaire sera supprimée dans économie

Communiqué de Christophe Boudot, Président du groupe Front National Rhône-Alpes

La réserve parlementaire, c’est-à-dire l’enveloppe financière donnée par l’Etat aux parlementaires, est une résurgence d’un autre temps qui doit être supprimée.

En la matière, le saupoudrage est la règle, notamment chez certains députés qui subventionnent entre 50 et 60 associations par an, toutes situées dans leur circonscription pour les aider et s’attirer au passage leur bien utile reconnaissance…

Cet argent (entre 50 000 et 150 000 Euros par élu) n’est pourtant pas l’argent des députés eux-mêmes, mais bien de l’argent public qu’ils dispersent selon leur convenance personnelle.

Lorsque le Front National sera au pouvoir, il supprimera cet usage qui conforte le clientélisme politique, qui encourage le communautarisme et donne une image délétère des élus de la République.

Marine Le Pen invitée du Grand Jury RTL – Le Figaro – LCI

Lundi 9 février 2015

Marine Le Pen était l’invitée du Grand Jury, le 8 février 2015. Elle a répondu aux questions de Jérôme Chapuis (RTL), Eric Revel (LCI) et Alexis Brezet (Le Figaro).

http://www.dailymotion.com/video/x2gq9h2 http://www.dailymotion.com/video/x2gq9wt http://www.dailymotion.com/video/x2gqaa6

La Grèce face à l’eurodictature, et au retour de l’esclavage pour dettes : l’heure des choix

Jeudi 5 février 2015

Marine LE PENCommuniqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Nous avons confirmation que l’Union européenne s’apparente de plus en plus ouvertement à une dictature, où toutes les menaces sont bonnes pour faire plier des gouvernements démocratiquement élus et imposer une politique décidée à Bruxelles, Francfort et Berlin.

La BCE a ainsi pris hier soir une mesure d’une exceptionnelle agressivité contre la Grèce en suspendant le régime d’exception qu’elle accordait jusqu’ici aux banques grecques pour assurer leur financement. L’objectif est clair : forcer les autorités grecques à abandonner leurs engagements électoraux et à revenir dans les clous d’une politique d’austérité pourtant aussi inefficace économiquement que désastreuse socialement.

Les instances de la zone euro montrent leur total mépris pour la démocratie et la souveraineté de nations qu’elle veulent maintenir sous cage.

Comme le Front National l’avait analysé depuis le départ, le nouveau gouvernement grec n’a déjà plus le choix et devra se débarrasser de l’euro s’il souhaite pouvoir mener une autre politique et redresser le pays. S’il ne prend pas cette décision, son obéissance au diktat euro-germanique se traduira par une trahison massive des électeurs grecs, aux conséquences incertaines.

L’euro est une dictature, construite dans l’intérêt de quelques puissants au détriment du plus grand nombre. Les événements grecs vont amener les peuples d’Europe à réfléchir très sérieusement à ce qu’ils veulent pour leur avenir : mettre fin ensemble à la monnaie unique pour retrouver liberté, démocratie et prospérité ou être soumis à jamais à un ordre contraire à leurs intérêts les plus évidents.

La montée partout en Europe des mouvements patriotes laisse espérer que les peuples ont décidé d’agir.

Le ministère de la faillite agricole

Mercredi 4 février 2015

Le ministère de la faillite agricole dans économie PHOd3786cd8-3391-11e4-a083-9b08d48d7bbe-805x453Les revenus des agriculteurs baissent de manière dramatique pour la seconde année consécutive M. Le Foll conserve le silence. La concurrence déloyale entre pays membres de l’UE, et en particulier en provenance de l’Allemagne, continue de détruire des milliers d’emplois français dans l’agriculture et l’industrie agroalimentaire de première transformation Le ministre est aux abonnés absents. La Commission européenne, avec le soutien du gouvernement de M. Hollande, continue les négociations du traité transatlantique (TTIP) dont la mise en place signerait l’arrêt de mort de la filière viande bovine en France Le ministre invente des diversions …

Communiqué Philippe Loiseau et Edouard Ferrant, députés Front National au Parlement européen

Stéphane Le Foll réaffirme l’objectif de faire baisser l’utilisation des pesticides de 50% en imposant un prélèvement supplémentaire dont le coût sera indirectement supporté par les agriculteurs. A moins d’un mois du Salon de l’Agriculture, cette annonce relève de la plus pure démagogie et d’une scandaleuse instrumentalisation du ministère dont M. Le Foll a la charge.

Les revenus des agriculteurs baissent de manière dramatique pour la seconde année consécutive. M. Le Foll conserve le silence. La concurrence déloyale entre pays membres de l’UE, et en particulier en provenance de l’Allemagne, continue de détruire des milliers d’emplois français dans l’agriculture et l’industrie agroalimentaire de première transformation. Le ministre est aux abonnés absents. La Commission européenne, avec le soutien du gouvernement de M. Hollande, continue les négociations du traité transatlantique (TTIP) dont la mise en place signerait l’arrêt de mort de la filière viande bovine en France. Le ministre invente des diversions afin de discréditer aux yeux de l’opinion publique les agriculteurs que ses complices sacrifient sur l’autel du libre-échange .

D’un côté, le gouvernement n’a de cesse de durcir les normes régissant le secteur de l’agriculture. De l’autre, il multiplie les accords de libre-échange qui mettent en concurrence frontale nos producteurs avec ceux de pays qui ne respectent aucune de ces normes. Quand le dumping social et environnemental orchestré par des dirigeants irresponsables achèvera de laminer notre économie, il n’y aura certes plus de pollutions agricoles, mais il n’y aura plus d’agriculteurs non plus…

Le Front National défend une vision responsable de l’écologie dans laquelle l’amélioration des pratiques agronomiques doit être accompagnée de protections efficaces contre la concurrence de pays qui ne respectent pas les normes sociales et environnementales que nos citoyens sont en droit d’attendre.

Grèce : Le Front National, pour le principe du remboursement de la dette !

Mercredi 4 février 2015

Grèce : Le Front National, pour le principe du remboursement de la dette ! dans économie 1025577_1421434307_1023370-1420633631-1023357-1420631016-1020342-1418676691-1019883-1418396727-1017971-1417715467-drapeau-greceCommuniqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National, Député français au Parlement Européen

Immédiatement après son élection Monsieur Alexis Tsipras a engagé avec son ministre des finances Yannis Varoufakis, un marathon de ses créanciers européens pour mettre un terme aux mesures d’austérité de la troïka (UE, BCE, FMI), restructurer la dette grecque de 320 Mds € (175 % du PIB) et ainsi sortir de la dépendance à l’Europe.

Si le Front National, qui ne partage pas le programme politique de Syriza, est favorable à un éventuel moratoire sur la dette avec un rééchelonnement de la durée et des intérêts pour permettre un nouveau départ à la Grèce et ainsi éviter une crise humanitaire, en revanche une dette est une dette. Ne pas rembourser le principal de sa dette est un risque de réputation inacceptable et rembourser est un devoir éthique pour un « Etat de droit ». La dette grecque devient alors une question de politique étrangère.

Une annulation de la dette publique de 50 % comme proposée au gouvernement grec par Matthieu Pigasse, le banquier-conseil de Lazard ou autre B. Obama, est irresponsable. Cet effacement d’environ 100 Mds € de créances dont 23 pour la France, équivaudrait à un défaut partiel qui mettrait le feu au poudre des finances publiques européennes.
De même la solution financière grecque, de substitution d’obligations anciennes par des nouvelles, est inepte car elle correspond à une dette perpétuelle sur le dos du peuple.

Dans tous les cas, les négociations pour obtenir un accord global sur la situation budgétaire de la Grèce devront raisonnablement avoir abordé deux questions essentielles:
– le règlement définitif de la créance historique grecque sur l’Allemagne en réparations financières de guerre (162 Mds €).
– les moyens d’agir via sa politique monétaire souveraine (avec la Drachme) afin de monétiser partiellement sa dette, en contrepartie de réformes structurelles douces mais efficaces.

Au moment où la troïka est démocratiquement rejetée pour son austérité inutile et que l’euro n’est plus une monnaie unique depuis le 22 janvier 2015, date de l’annonce d’un QE de 1140 Mds € de la BCE, la France à l’opportunité de redevenir le centre politique de l’Europe.

A l’occasion de la visite diplomatique ce jour de M. Tsipras en France, le Président Hollande pourrait prendre l’initiative politique d’organiser à Paris d’ici le printemps, un « sommet sur la dette européenne » avec les 19 pays de la Zone Euro, sous l’égide du légitime « Club de Paris » et de l’Eurogroupe.

Outre l’objectif d’apurement des surendettements nationaux par ce club des créanciers, le consensus devra aussi porter sur la restauration des emplois et de la croissance économique.

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n°390

Samedi 31 janvier 2015
Image de prévisualisation YouTube

Loi Macron : l’UMP et Bruxelles en rêvaient, le PS le fait !

Mercredi 28 janvier 2015

marine le pen lyon 2Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Rien n’illustre mieux la perte de souveraineté de la France par rapport à l’Union européenne que la Loi Macron.
Ce texte est en effet un condensé de toutes les exigences exprimées par Bruxelles depuis des années : déréglementations de professions au bénéfice des gros contre les indépendants, privatisations en cascades, américanisation de notre société par le travail le dimanche,…

Il n’y a rien à attendre de ces recettes ringardes, ni croissance ni emploi. C’est d’autant plus vrai que tous les tabous de l’Union européenne ont été consciencieusement tenus à l’écart de cette loi, qu’il s’agisse de la question monétaire, du protectionnisme ou du patriotisme économique. Il s’agit pourtant précisément des seules questions qui vaillent pour relancer l’économie et l’industrie.

L’embarras est palpable à l’UMP sur cette loi. Aussi soumise que le PS à l’Union européenne, l’UMP est au fond en accord parfait avec ce texte, qu’elle ferait voter à l’identique si elle était au pouvoir. Les voix les plus honnêtes de ce parti le reconnaissent d’ailleurs publiquement. Son vote majoritairement négatif ne s’expliquera que par de petites considérations politiciennes : il faut bien entretenir l’illusion d’un désaccord avec le PS !…

La loi Macron n’apportera donc rien de bon aux Français. Son seul intérêt est de révéler encore davantage l’extraordinaire collusion idéologique entre les partis du système : tous au garde-à-vous derrière le général Bruxelles !

Marine Le Pen sur France Inter

Mercredi 21 janvier 2015
http://www.dailymotion.com/video/x2f1f2r http://www.dailymotion.com/video/x2f1gr9

Question écrite de Stéphane Ravier au Ministre de l’agriculture sur la mise en place du contrat de la filière « bois »

Vendredi 16 janvier 2015
DSC_0203

Stéphane Ravier – Panoramique à Tarascon le 11/01/2014

STÉPHANE RAVIER
Maire du 7ème secteur de Marseille, Membre du Bureau Politique du FN, Conseiller régional de PACA

M. Stéphane Ravier attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur la mise en place du contrat stratégique de la filière « bois ». Les contrats de filière stratégique ont été créés afin de mobiliser l’ensemble des acteurs d’un secteur, d’un bout à l’autre de la chaîne de valeur. Or, pour la filière « bois », le France présente l’énorme avantage de posséder à la fois des forêts, des scieries et des entreprises de transformation, c’est-à-dire l’ensemble des maillons de la chaîne. Ce contrat n’a pas été signé par la principale organisation représentative de la filière, ce qui souligne son inadaptation aux besoins de la filière et l’incompréhension, ou la non prise en compte, de la part des pouvoirs publics, des problématiques et des attentes de cette filière.

Il demande quelles mesures le Gouvernement entend prendre pour, d’une part, limiter les exportations de matière brute – qui, très souvent, deviennent des importations de produits finis, une partie de la valeur ajoutée étant ainsi délocalisée souvent en Asie – et, d’autre part, pour encourager la production de cette industrie pour laquelle l’ensemble de chaîne de valeur pourrait se trouver intégralement sur le territoire français.

Une démarche écologique, pragmatique et bonne pour l’emploi voudrait que les matériaux bruts, en l’occurrence le bois, soient produits, utilisés et transformés au plus près de leur lieu d’utilisation et non envoyés à l’autre bout de la planète, pour en revenir sous forme de produits manufacturés.

En attente de réponse du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n°382

Jeudi 27 novembre 2014
Image de prévisualisation YouTube

Bernard Monot présente les actualités économiques vues par le Front National (10/11/14 au 14/11/14)

Mercredi 19 novembre 2014

Bernard Monot, député français au Parlement européen, présente les actualités économiques vues par le Front National – du 10/11/14 au 14/11/14

Image de prévisualisation YouTube

Marine Le Pen au Salon du Made in France

Mardi 18 novembre 2014
Image de prévisualisation YouTube

Au moment où le ministre de l’Économie part inaugurer des usines délocalisées en Algérie, Marine Le Pen s’est rendue au Salon du Made in France pour soutenir les entreprises qui innovent, produisent et se développent en France. Pour contrer une mondialisation ultralibérale, imposée par l’Europe, qui ruine notre économie, la Présidente du Front National réclame l’instauration d’un protectionnisme intelligent aux frontières et le recours systématique au patriotisme économique pour les marchés publics.

123456...44