• Accueil
  • > Critique
  • > Face à la submersion migratoire, François Hollande veut transférer la politique de l’asile aux technocrates de Bruxelles

Face à la submersion migratoire, François Hollande veut transférer la politique de l’asile aux technocrates de Bruxelles

soumissionCommuniqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

À l’occasion d’une rencontre à Berlin avec la chancelière Angela Merkel, le Président de la République s’est déclaré favorable à « une répartition équitable des réfugiés qui relèvent du droit d’asile en Europe » et « à une mise en œuvre d’un système unifié de droit d’asile » ainsi qu’une « politique migratoire commune ». Alors que l’Allemagne s’apprête à accueillir 800 000 demandeurs d’asile pour la seule année 2015 et que près de 4000 migrants ont été secourus en une journée en mer Méditerranée, de telles propositions sonnent comme un aveu d’impuissance de la part du chef de l’État et un véritable appel d’air à l’immigration massive. Surtout, l’argument qui consiste à distinguer les demandeurs d’asile des autres migrants clandestins est fallacieux, car la coûteuse politique de l’asile -2 milliards d’euros par an- est dévoyée et détournée au profit de réseaux mafieux qui savent qu’en France, 99% des demandeurs déboutés ne sont pas expulsés du territoire

Par ailleurs, les positions de la Commission européenne concernant la gestion de l’immigration sont ultra-laxistes, comme en témoigne son président Jean Claude Juncker qui déclarait récemment dans une tribune: « nous ne refoulerons jamais ceux qui ont besoin de protection. Ces principes sont écrits dans nos lois et nos traités ». C’est pourquoi l’harmonisation du droit d’asile au niveau communautaire et la mise en œuvre d’une politique commune en matière d’immigration, vont retirer à la France un levier politique pourtant indispensable à la lutte contre l’afflux de clandestins sur le territoire national.

Face à cette situation exceptionnelle, la lutte contre l’immigration massive doit désormais relever de l’intérêt supérieur de la nation. le Front National demande que l’État retrouve tous les instruments de souveraineté afin d’exercer un contrôle efficace à ses frontières et réformer de fond en comble la politique de l’asile qui doit être ramenée à sa philosophie originelle: celle qui aurait dû conduire la France à accorder sa protection à Edouard Snowden ou Julien Assange.

Laisser un commentaire