• Accueil
  • > france
  • > Loi sur l’asile : la situation est chaotique mais on accélère encore !

Loi sur l’asile : la situation est chaotique mais on accélère encore !

marine le pen jolieCommuniqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Alors qu’un seul objectif devrait motiver l’action publique sur l’asile, à savoir la nécessité de le réduire considérablement et d’assurer le retour chez eux des déboutés de l’asile devenus clandestins, les parlementaires au contraire ont voté hier une loi ultra-laxiste qui cajole l’asile et qui aura nécessairement pour effet d’accroître encore les arrivées en France !

Parmi les éléments extrêmement condamnables de cette loi, figure l’idée générale que le demandeur d’asile doit voir l’ensemble de ses démarches facilitées, via un renforcement des moyens administratifs pour traiter sa demande ou la possibilité d’être systématiquement accompagné d’un avocat ou d’un militant associatif lors de sa demande. L’hébergement gratuit du demandeur d’asile est chouchouté, via des milliers de places supplémentaires, au moment où tant de Français vivent dehors et des millions d’autres attendent un logement social. La « politique de peuplement » chère à Manuel Valls, mais aussi à Jean-Pierre Raffarin, est institutionnalisée via la mise en place autoritaire d’une « répartition » des demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire national. Plus une seule commune française bientôt ne sera épargnée par ce phénomène en explosion numérique.

L’UDI, allié à l’ex-UMP, a voté ce texte insensé. Quant à l’opposition des ex-UMP, elle relève de l’enfumage électoraliste le plus élémentaire car nombre de dispositifs votés dans cette loi ne sont que l’adaptation aux directives de l’Union Européenne, que l’UMP soutient avec la même ferveur que le PS.

Marine Le Pen propose au contraire une rupture totale dans la politique de l’asile afin de la faire tendre vers zéro, par l’arrêt de toutes les aides sociales et de logement aujourd’hui destinées aux demandeurs d’asile pour tarir les sources, l’élargissement du nombre de pays à partir desquels la demande d’asile vers la France est interdite, la reconduite rapide et systématique à la frontière des déboutés de l’asile, et le retour de nos frontières nationales après dénonciation des accords de Schengen.

Mots-clefs :

Laisser un commentaire