Éducation nationale : la photo qui tue !

Éducation nationale : la photo qui tue ! dans Critique 10630589_688090017939956_9074755414897062168_o-565x250

Boulevard Voltaire :

Comme pris au piège de la réalité, enfoncé dans le cul-de-sac d’une idéologie hors-sol, le gouvernement libéral-libertaire de Manuel Valls a décidé la fuite en avant. Une sorte de charge de Reichshoffen rose bonbon. Les fans de la guerre de 1870 comprendront. Les autres iront sur Wikipedia.

Parallèlement à l’incroyable promotion de Najat Vallaut-Belkacem rue de Grenelle, l’Éducation nationale – histoire de bien cliver – a donc sorti la photo qui tue, celle qui a buzzé sur le Web.

Le cliché, publié le 25 août sur la page Facebook du ministère, est objectivement une véritable provocation. Au moment où le Front national n’a jamais été aussi haut dans les sondages (probablement proche des 30 % d’intentions de vote), au moment où toutes les études d’opinion indiquent la lassitude extrême des Français face à ce que Giscard lui-même appelait — en 1991 — « l’immigration-invasion », la gauche sociétale a décidé d’agiter le chiffon rouge devant le taureau gaulois. Bismarck avait su le faire en son temps en trafiquant la dépêche d’Ems. Avec le peuple gaulois, ça marche toujours. Donc, une photo de huit gamins de maternelle. Huit dont six au moins sont noirs de peau. Quel est le problème, me direz-vous ?« Ils sont français comme vouzémoi. »

Le problème, c’est que la photo illustre à merveille la théorie du Grand Remplacement. À savoir, la contre-colonisation de l’Europe par l’immigration africaine. Ce phénomène dramatique, on en conviendra, a de quoi choquer l’autochtone. Parce que, qu’on le veuille ou non, depuis mille ans, la France est une nation blanche, très homogène ethniquement.

Quoi qu’il en soit, cette photo postée sur le réseau social, c’est un silo de grain à moudre déversé sur les bouches voraces des affreux racistes. La combine a marché : l’image a très vite inondé la Toile et a été l’occasion de milliers de commentaires horriblement nauséabonds. Avec l’agilité d’un Brejnev, médias et ministère ont d’ailleurs éliminé nombre d’entre eux ! Le mal était fait, de quoi bien mettre le feu aux poudres, comme si la grange à foin n’était pas déjà assez sèche.

Soyez-en sûrs : la gauche Terra Nova recherche ce genre de contact frontal avec l’opposition de souche. C’est le sens même de son combat. Au milieu de tout cela, l’UMP, le centre et la vieille gauche ne sont plus que des coquilles vides. Des soldats nus et désarmés sur le champ de bataille. La photo incriminée est presque un clin d’œil entre adversaires.

On se salue avant le duel. Les antiracistes vont réussir à faire de la France — le pays qui était sans doute le moins raciste du monde — un pays où la haine va finir par se déployer. Attention, mesdames et messieurs les pyromanes, à trop jouer avec le feu…

Une réponse à “Éducation nationale : la photo qui tue !”

  1. fred dit :

    voici quelques articles donc certain devraient vous interresser :

    http://2ccr.wordpress.com/category/education-et-sante/

Laisser un commentaire