• Accueil
  • > culture
  • > Ukraine / Donbass : en attendant l’assaut de Kiev…

Ukraine / Donbass : en attendant l’assaut de Kiev…

Ukraine / Donbass : en attendant l'assaut de Kiev... dans culture 10389605_1470235339882980_156292037071850267_n

Membre du « Bataillon Donbass » : l’insigne de bras (sur la tenue cam’ US) ne laisse aucun doute sur ce que réservent aux populations de l’est de l’Ukraine ces paramilitaires d’extrême droite au service du mondialisme

Alors que la junte « proeuropéenne » persiste à massacrer ses concitoyens dans l’est du pays, détruisant les villes et les infrastructures, la désinformation occidentale bat son plein. Amnesty international, qui ne se préoccupe pas du sort du petit peuple du Donbass soumis aux bombardements incessants et aveugles, qui ignore les « camps de filtrations » (comprendre : camps de concentration nouvelle génération) de Kiev, qui ne dit mot du nettoyage ethnique en cours, des méthodes brutales de la police politique (et même des cas de torture), des escadrons de la mort néonazis lâchés sur la population, elle-même qualifiée de « sous-hommes » par le Premier ministre en personne, des lois liberticides, discriminantes voire racistes votées par une Rada qui ne représente qu’elle-même, vient de pondre un rapport à charge contre les indépendantistes, les accusant d’ « enlèvements » et de « torture ». Rien que ça. Il s’agit bien entendu de faire un contre-feu médiatique après la diffusion des images terribles des résultats des bombardements des forces kieviennes sur les populations de Slaviansk, de Kramatorsk et de Lugansk. Nous voilà revenus aux pires heures des guerres balkaniques, quand il s’agissait de diaboliser ceux qui refusaient le nouvel ordre mondial imposé par Washington et ses alliés. Pour justifier l’injustifiable, il y aura toujours des ONG stipendiées et autres laquais du mondialisme. L’Histoire démontrera que ce sont in fine les défenseurs de Slaviansk, de Gorlivka, de Lugansk et de Donetsk qui sont dans le vrai, comme avaient raison les Serbes de Bosnie, des Krajinas et du Kosovo de résister comme ils l’ont fait. Mais pour l’heure, c’est le petit peuple du Donbass qui souffre et ce n’est, hélas !, pas fini.

821655 dans europe

cliquez pour agrandir l’image

La situation stratégique aujourd’hui : on remarque qu’un certain nombre de contre-attaques localisées se sont déroulées ces dernières 24 heures sur la partie sud de la poche du Donbass.

90dfaa5a6f02dc9ef51a5e99b17467dc dans INFO ACTU

Poussé par les néo-cons américains et les extrémistes de droite, Kiev cherche l’affrontement avec Moscou. Les forces ukrainiennes auraient massé des unités d’artillerie sol-sol et sol-air près du village d’Henichesk au nord-est de la Crimée, incluant des batteries BM-21 Grad et au moins une batterie sol-air Osa-M (SA-8 Gecko). C’est du moins ce qu’affirme les sources officielles de Kiev, les mêmes qui déclaraient en mars que les forces ukrainiennes avaient attaqué les troupes russes au même endroit, employant massivement de l’artillerie et de l’aviation, alors qu’il n’en était rien… Un prépositionnement qui succèderait donc, s’il était avéré, aux déclarations belliqueuses du nouveau ministre de la Défense qui entendait faire défiler ses troupes à Sébastopol. La Crimée, qui a toujours été russe, avait été rattachée arbitrairement dans les années 50 à l’Ukraine par la volonté de Kroutchev.

 73.000 civils ont déjà quitté Donetsk

Quelque 73.000 civils ont déjà quitté Donetsk, agglomération de 2 millions d’âmes si l’on compte sa banlieue proche. La population, par crainte de devoir subir le sort des civils de Slaviansk et Kramatorsk, préfère partir progressivement. Le fait de savoir que dans les zones contrôlées par les forces kieviennes, les paramilitaires d’extrême droite risquent de les envoyer en camps de concentration (dit de filtration), pousse ces gens à se diriger vers la frontière russe. Pendant ce temps, la défense s’organise un peu plus dans le Donbass.

L’armée des Républiques de Lugansk et de Donetsk, qui est actuellement en cours de constitution, compterait environ 20.000 combattants. La mise en place d’une force de défense cohérente pour la Nouvelle Russie est un processus difficile en raison de la multitude des milices isolées, d’un encadrement à uniformiser de manière cohérente et d’une diversité des matériels et armements dont disposent actuellement les forces du Donbass. Une direction opérationnelle centralisée et des échelons de commandement sont en train d’être mis en place.

Les dirigeants des Républiques de Donetsk et de Lugansk n’ont pas encore annoncé la mobilisation générale, pour le moment, malgré l’appel lancé hier par Igor Strelkov. Cette structure défensive reste donc une armée formée de bénévoles locaux et de volontaires venus d’autres pays. La loi martiale a été décrétée et il est possible qu’une mesure plus stricte, comme l’état d’urgence, pourrait être envisagée pour plus tard.

Image de prévisualisation YouTube

 La prise de contrôle, il y a quelques jours, du siège de la police de Donetsk. On demande aux policiers de choisir leur camp et de prêter serment à la République populaire de Donetsk. Aucun d’entre eux ne refuse. En cas de refus, ils auraient été libérés de leurs obligations et renvoyés chez eux.

Le secteur ouest de Donetsk, depuis les très durs affrontements d’hier, et surtout sur la zone de l’aéroport, semble s’être quelque peu stabilisé aujourd’hui. L’attaque sur Karlivka et sur l’aéroport a été repoussée : deux chars ukrainiens auraient été détruits. Des combats ont encore eu lieu dans la nuit.
Dans la journée, de très nombreuses fusillades ont été entendues dans ce secteur.

Un attentat à la bombe a eu lieu dans une superette du centre-ville cet après-midi : deux blessés ont été évacués par les secours, deux suspects sont détenus par la milice. Il y a deux semaines, ce sont deux policiers de la circulation qui avaient été assassinés en pleine rue par des hommes armés.

 Image de prévisualisation YouTube

Les troupes ukrainiennes à l’ouest de Donetsk

Lugansk : il grêle sur Zelenopolye

Les combats les plus importants de cette journée du 11 juillet se sont déroulés dans l’oblast de Lugansk, non loin de la frontière orientale avec la Russie. Kiev tente de reprendre le contrôle de l’essentiel des postes-frontières est de la région, sans pour autant y parvenir pour le moment. Le secteur Krasnodon – Donetsk – Izvaryne est toujours sous le contrôle de la milice, de même que la zone frontalière à 5 km à l’est de Sverdlovsk. La hauteur de Saur Mogila tient toujours, en dépit des tirs incessants de l’artillerie ukrainienne.
Les forces de Kiev tentent de s’accrocher aux villages de Dmitrivka et de Stepanivka, au pied de la hauteur stratégique.

03671a200db370ad16f74de9f1d9fcc1 dans médias

Saur Mogila, c’est ça…

 2ccd7d3c4612b6d954e6e1437ffecac9 dans mondialisation

Image de prévisualisation YouTube

N’en déplaise aux propagandistes de Kiev, Krasnodon, un des clés de la logistique des forces de Nouvelle Russie en provenance du territoire russe, est toujours sous le contrôle de la milice du Donbass. A noter les deux canons antichars T-12 de 100 mm tractés par camions Ural.

Sur Lugansk, l’aéroport est toujours sous le feu des batteries de mortiers de 82 et de 120 mm des forces indépendantistes. Hier et aujourd’hui, 3 BTR, un véhicule de commandement et un bitube antiaérien des forces ukrainiennes ont été détruits par ces tirs.

A un peu plus de 20 km au sud-ouest de Lugtansk, près de la ville Perevalsk un Su-25 a encore été abattu dans la journée.

Mais l’événement majeur s’est déroulé au petit jour, près de la frontière russe alors que des éléments de deux brigades de l’armée ukrainienne tentaient de prendre le contrôle depuis 48 heures de la voie expresse E50-M03 à environ 60 km au sud de Lugansk.

 dans patrie

 dans Résistance

 dans vidéo

Dans ce secteur, face aux forces qui tentent de reprendre le contrôle de la zone frontalière, la milice du Donbass disposerait au moins d’une batterie Grad. Vers 5h00, ce matin, plusieurs salves de roquettes de 122 mm de BM-21 Grad ont touché de plein fouet le camp de base des forces ukrainiennes près de Zelenopillya (60 km au sud de Lugansk et environ 5 km de la frontière russe). On décompterait au moins 30 tués et une centaine de blessés au sein de la 24e brigade mécanisée dite « brigade d’acier » de Yavoriv et un minimum de 50 tués et plus de 150 blessés pour le 1er bataillon de la 79e brigade aéromobile de Mikolaiv (source). Dans l’après-midi, Kiev se limitait à communiquer sur les chiffres de 19 tués et 93 blessés seulement… Une bizarrerie que l’on rencontre très souvent du côté de la junte ces derniers temps.

Les rapports ne mentionnent aucune perte civile, dans la mesure où le camp de base de ces deux unités se situait le long de la route principale, en dehors de l’agglomération.

Selon les sources ukrainiennes, les roquettes auraient été tirées d’une “longue distance” (sic) et auraient été étonnement précises pour ce type de munition.

La version admise serait donc que les forces de Nouvelle Russie auraient réussi cette frappe dévastatrice d’une précision exemplaire au moyen d’un système d’artillerie qui n’est pas réputé pour être très précis (surtout dans les versions ukrainiennes du Grad). D’ailleurs, l’utilisation par Kiev de ce type de batterie démontre que les forces ukrainiennes cherchent plus à s’en prendre aux infrastructures des villes et aux civils qu’aux miliciens du Donbass eux-mêmes.

gradstandard03Conçu dans les années 60, le BM-21 Grad (Grêle) tire une munition de 122 mm à fragmentation (HE) pouvant atteindre, selon le type de roquette employé, 13 à 45 km. Or, les versions dont dispose l’armée ukrainienne (BM-21M Grad-U) dépassent rarement les 20 km… Une hypothèse est alors apparue, au regard des dégâts considérables observés sur le site (plusieurs dizaines de blindés totalement détruits et incendiés sur plusieurs hectares) et de la précision des salves : une possible frappe en provenance du territoire russe de la part d’une batterie de BM-21-1 (version russe améliorée du Grad) pouvant tirer des salves de roquettes de 122 mm de type 9M521 d’une portée balistique de 40 km. De plus, sur les réseaux sociaux pro-ukrainiens, d’aucuns évoquent préalablement aux tirs des reconnaissances de drones de surveillance russes sur le secteur. Rien ne confirme cela pour le moment, mais si c’était le cas, cela marquerait un tournant important dans le conflit.

A noter que ces deux dernières semaines, on a observé d’importants mouvements de troupes russes se dirigeant vers le secteur frontalier avec l’Ukraine.

 Image de prévisualisation YouTube

Des troupes blindées russes arrivent à Sudja, à 5 km de la frontière avec l’Ukraine dans l’oblast de Kursk, le 10 juillet : sur les plateaux ferroviaires on aperçoit un bataillon complet d’automoteurs d’artillerie de 152 mm MTSA-S

 Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

Russie, oblast de Kursk, Sudja : des IMR (génie), des camions de logistique et de commandement, des T-72B3, une batterie complète Nona-S…

Plus à l’ouest, sur le secteur de Lysychansk – Severodonetsk, le « Bataillon Prizrak » (Fantôme) d’Aleksei Mozgovoi vient de recevoir en renfort quelques vieux PTS-M de Lugansk, auxquels ont été ajoutés des plaques blindées sur l’avant. Ce secteur forme désormais la pointe la plus au nord de la poche du Donbass, après la chute de Slaviansk. Le « Bataillon Fantôme » comporte plusieurs compagnies de combat et des unités de logistique et de soutien. Il dispose en outre de blindés BMP-2, de BRDM-2 et de mitrailleuses antiaériennes lourdes fixées sur plateaux de camions.

 Image de prévisualisation YouTube

Reportage sur le groupe de combat de Mozgovoi

La bourgade de Seversk, 2.000 habitants avant guerre, est tombée hier dans la journée. Située juste au sud de la Siversky Donets à environ 20 km de Slaviansk, l’agglomération subissait des tirs d’artillerie intensifs. Ordre a donc été donné aux quelques centaines de miliciens qui tenaient la position de décrocher sur Donetsk afin d’épargner la population, l’artillerie kievienne ne faisant aucune distinction entre civils et indépendantistes armés. Les détachements de la milice ont fait mouvement vers les hauteurs entre Seversk et Lysychansk.

Dans l’après-midi, on a appris qu’un autre Su-25 aurait été touché par des tirs dans le secteur de Gorlivka – Dzerzhynsk.

Le front dans ce secteur nord se situe désormais le long d’une délimitation allant de Lysychansk (au-nord-est) jusqu’à Gorlivka – Dzerzhynsk (au sud-ouest) en passant par Popasna et le sud-est d’Artemisvk.

 Image de prévisualisation YouTube

Explosion d’un pont entre Gorlovka et Dzerzhynsk au nord de Donetsk. Tout est fait du côté de la milice pour ralentir la progression des troupes mécanisées ukrainiennes qui sont assez faibles question génie militaire.

Laisser un commentaire