Les Français en faveur d’une dissolution de l’Assemblée

Les Français en faveur d’une dissolution de l’Assemblée dans enquête affichecoqny9-199x300

Les Français, de gauche comme de droite, réclament au président de la République un changement profond. Mais ils préfèrent la dissolution comme mode de sortie de crise. C’est ce que révèle le sondage OpinionWay pour Le Figaro.

Trente-neuf pour cent (+ 6 points) des personnes interrogées souhaitent que François Hollande dissolve l’Assemblée pour provoquer de nouvelles élections législatives. Cette solution est préférée au remaniement avec un changement de Premier ministre (33 %, + 5 points), et au remaniement avec maintien de Jean-Marc Ayrault (5 %, – 5 points). Il reste encore 22 % des Français qui, eux, souhaitent conserver l’Assemblée nationale et le gouvernement actuels.
Les Français ne laissent donc que très peu de choix au président de la République : ils réclament du changement, si possible profond. Et la gauche n’est pas en reste dans cette demande. Les électeurs de droite sont presque unanimement favorables à une solution radicale (dissolution et changement de Premier ministre) : 95 % des électeurs de Sarkozy au 2e tour de la présidentielle 2012 plébiscitent une de ces deux mesures.

À gauche, si 11 % des électeurs de Hollande au premier tour de 2012 plaident pour une dissolution, ils sont en revanche 39 % pour un changement de Premier ministre, soit un ensemble de 50 %. Or, c’est justement cet électorat, du 1er tour d’une présidentielle, qui constitue habituellement le socle électoral d’un chef de l’État.
En cas de changement de Premier ministre, deux figures sortent du lot sans toutefois s’imposer de façon déterminante : Manuel Valls, réclamé par 32 % des Français, et Martine Aubry (20 %). Arnaud Montebourg et Michel Sapin ne recueillent respectivement que 3 % et 2 %. Mais le chiffre révélateur est sans aucun doute les 43 % des personnes qui ne souhaitent aucun de ceux-là. « C’est la preuve que pour les Français il n’existe pas de solution idéale », explique Bruno Jeanbart, directeur du pôle Opinion de l’institut OpinionWay.

Source : lefigaro.fr

Laisser un commentaire