Tarascon: le maire accusé de favoritisme

Tarascon: le maire accusé de favoritisme  dans Faits divers charlesfabremairedetarascon

Charles Fabre, 68 ans, encourt deux ans de prison et 30.000 euros d’amende, ainsi que la privation pour 5 ans des droits civils, civiques et de famille, synonyme d’inégibilité. Malgré sa mise en examen dans cette affaire, il a été réinvesti pour diriger la liste UMP aux prochaines municipales. Il affrontera le FN, qui espère conquérir la ville, où sa tête de liste Valérie Laupies a récolté 57,5% des suffrages lors des législatives de 2012.

Le maire UMP de Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône, Charles Fabre, candidat à sa propre succession, est jugé depuis ce matin par le tribunal correctionnel de Marseille pour favoritisme dans l’attribution du marché public de rénovation de la cité judiciaire de la ville.

Il est soupçonné d’être intervenu, en infraction au code des marchés publics, pour permettre l’attribution au groupement Mastran-Girard, deux entreprises du groupe Vinci Construction, qui ont obtenu le lot principal de ce marché de 10 millions d’euros.

Six personnes physiques au total sont poursuivies dans ce dossier. Outre le maire, le maître d’oeuvre et le directeur de cabinet, plusieurs cadres et responsables de sociétés du groupe Vinci Construction comparaissent pour recel de favoritisme, dont Philippe Avinent, aujourd’hui directeur général adjoint de Vinci Construction.

2002 : Thérèse Aillaud, maire RPR de Tarascon de 1983 à 2002 a été condamnée à dix-huit mois de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité pour détournement de fonds publics (454 000 francs de dépenses personnelles).

2005 : Jean Reynaud, maire de Tarascon  UMP de 2002 à  2005 est reconnu coupable de « prise illégale d’intérêts » et condamné à dix ans d’inéligibilité et à 10 000 € d’amende.

2011 : Charles Fabre, le maire UMP de Tarascon depuis 2005 est mis en examen pour « favoritisme » par le juge d’instruction Charles Duchaine. Cette mise en examen intervient dans le cadre de l’enquête sur les conditions d’attribution d’une partie du marché de la future cité judiciaire de Tarascon, évalué entre 3 et 5 millions d’euros et portant sur le gros oeuvre de maçonnerie.

 

Laisser un commentaire