Accueil économie La CGT ne manifeste plus sur les boulevards, mais dans une impasse

La CGT ne manifeste plus sur les boulevards, mais dans une impasse

1
0
167

La CGT ne manifeste plus sur les boulevards, mais dans une impasse dans économie hollande-florange

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère, Président de Patrie et Citoyenneté

Les dirigeants de la CGT ont appelé, il y a moins d’un an, à voter pour François Hollande. Aujourd’hui, Bernard Thibault est contraint de reconnaître : « On continue de s’enferrer dans les mêmes logiques. » Son futur successeur, Thierry Lepaon, déplore : « l’absence de politique industrielle de l’État. ». Mais que propose-t-il donc ? Une énième manifestation, avec FO, le 5 mars prochain. Pensent-ils vraiment qu’en battant le pavé ils feront changer le gouvernement et sa majorité parlementaire ? Pensent-ils vraiment qu’à un an des élections municipales ils feront changer les autres forces de gauche ?

Les dirigeants de la CGT cherchent seulement à préserver leur petite rente historique de situation. La soumission massive de la gauche socialiste et de ses divers supplétifs au mondialisme ultra libéral et au sociétal libertaire les coupe de leurs anciennes perspectives politiques, peu importe qu’elles fussent alors réelles ou illusoires. Il ne leur reste plus que les sempiternels défilés, alors même qu’ils en connaissent la totale inutilité. Car ils restent quand même intimement liés à ceux dont ils prétendent combattre la politique.

Avec Marine Le Pen, le Rassemblement Bleu Marine propose à tous les Français de libérer le pays de l’ultra libéralisme pour créer de l’emploi et du pouvoir d’achat en le réindustrialisant. Il faut en finir avec les incantations rituelles et les processions traditionnelles. La croissance ne tombe pas du ciel. Elle demande d’abord une ferme volonté politique.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Fredusud
Charger d'autres écrits dans Ã©conomie

Un commentaire

  1. Patriote13

    3 mars 2013 à 20:20

    La CGT : une dictature communiste qui met les entreprises et certainers municipalités en coupe réglée. Nous le vivons douloureusement dans les Bouches-du-Rhône, à Arles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ecole : les Français exigent de l’autorité

  Le sondage réalisé en partenariat avec « Le Figaro » et RTL pour l’émission « Les …