• Accueil
  • > france
  • > Droit de réponse de Jean-Marie Le Pen, Président d’Honneur du Front National, au journal Le Point

Droit de réponse de Jean-Marie Le Pen, Président d’Honneur du Front National, au journal Le Point

Droit de réponse de Jean-Marie Le Pen, Président d’Honneur du Front National, au journal Le Point dans france 4Jean-Marie Le Pen, Président d’Honneur du Front National, a rédigé un droit de réponse à l’attention de Frantz-Olivier Giesbert, directeur de publication du Point.

———

Monsieur le Directeur,

Voici un droit de réponse, je pense que vous aurez à cœur de le publier. Je vous en remercie.

Le Point, dans son numéro du 15 novembre 2012, outre la publication de « bonnes feuilles », analyse, en les survolant, les 540 pages du livre de Messieurs Cohen et Péan Le Pen, une histoire française, livre qui aurait pu s’intituler « Le Pen, boulevard à Ragots ». En effet, après avoir lu beaucoup de livres qui m’ont été consacrés et qu’ils rangent en deux catégories : « hagiographiques et critiques », les auteurs réputent hagiographiques, ceux qui ne sont pas écrits par des journalistes de gauche, critiques, ceux qui sont rédigés par des gauchistes qui ne se cachent pas d’être des adversaires voire des ennemis du Front National. Ils sont amenés dans leur démarche « d’investigation », certes à m’interroger, mais surtout à solliciter le témoignage d’anciens membres du FN, devenus presque tous des adversaires et qui rebâtissent le passé à leur avantage et bien sur, à mon détriment. En outre, le livre fourmille d’erreurs grossières dans tous les domaines, y compris celui des légendes des photos. Les auteurs s’appuient sur certains affabulateurs professionnels plusieurs fois condamnés pour diffamation et qui s’attribuent un rôle qu’ils n’ont jamais joué.

En premier lieu, voulant à tout prix établir une forte relation entre Mitterrand et moi, les auteurs affirment que la proportionnelle fut un cadeau au FN, voulant ignorer que c’était surtout un cadeau au parti socialiste qui aurait été balayé avec le scrutin majoritaire et à Mitterrand lui-même qui aurait dû alors démissionner (page 61 de votre numéro du 15 novembre).

Laisser un commentaire