Contrat indien : Le Rafale dans un trou d’air ?

Contrat indien : Le Rafale dans un trou d’air ?  dans économie Sarkozy-Rafale-Lavex1

Trente six Rafale vendus au Brésil en 2009, un « succès historique » selon Nicolas Sarkozy; 126 exemplaires en Inde. L’invendable Rafale était sur les rails. Au Brésil, la pseudo-promesse d’achat ne s’est toujours pas convertie en contrat concret et en Inde, les négociations s’enlisent alors que le gouvernement indien est affaibli par des scandales de corruption qui pourraient remettre en cause les négociations en cours.

Le contrat de vente de 126 avions de combats à New-Delhi était plié, clamaient alors les ministres en poste.  Juste quelques menus détails à régler : la spécification des matériels, les délais de livraisons, les systèmes d’armes, la formation des pilotes. Autant de menus détails « d’une complexité incroyable » comme l’indiquait à Marianne Pierre Conesa, ancien directeur de la Délégation aux Affaires Stratégiques, chargé de la politique d’exportations, qui évaluait à au moins un an la signature finale du contrat sans exclure l’hypothèse d’une remise en cause des négociations.

Si la plupart des médias français se réjouissaient eux aussi en début d’année de cette extraordinaire réussite commerciale et industrielle, portant sur un montant de 9,2 milliards de dollars, très peu, excepté Jean Guisnel sur son blog, soulignaient qu’il ne s’agissait pas d’un contrat et que la négociation ne faisait que commencer : « Elle consiste à dire que le Rafale est proposé par ses fabricants, Dassault Aviation en tête, à un prix moindre que l’Eurofighter Typhoon. Pour cette raison, des négociations exclusives vont s’engager entre la France et l’Inde. Elles porteront sur la livraison de 16 appareils clés en main et l’assemblage en Inde chez HAL (Hindustan Aeronautics Limited) de 110 autres, dont les pièces détachées seront fournies par l’un des 500 sous-traitants français travaillant actuellement pour le GIE Rafale ».

SOURCE

Laisser un commentaire