• Accueil
  • > france
  • > 68e anniversaire de la Libération de Tarascon – 24/08/2012

68e anniversaire de la Libération de Tarascon – 24/08/2012

68e anniversaire de la Libération de Tarascon - 24/08/2012 dans france cppont34

Cérémonie commémorative du 68ème anniversaire de la libération de TARASCON

Venez Nombreux !

VENDREDI 24 AOUT 2012 à 18 h 00

Au Monument aux Morts
Place du Colonel Berrurier
TARASCON

« En juin, juillet et août, 273 appareils américains sont passés dans le ciel de Beaucaire et de Tarascon, larguant 1 238 bombes. Soit 488 tonnes en dix épisodes.
Leur cible : les deux ponts qui traversaient le Rhône, entre Tarascon et Beaucaire, par lesquels s’effectuait une grande partie des trafics entre le Sud-Est et le Sud-Ouest. « Il y avait le pont ferroviaire, le seul à pouvoir supporter les chars de 40 tonnes allemands et le pont suspendu, un peu en amont de l’actuel pont de Beaucaire (canal) », expliquent Jean Roche et Claude Faure.

Eté 44 : 488 tonnes de bombes ont été larguées sur Beaucaire et Tarascon dans france Ce dernier, un ancien des Ciments français passionné d’aviation, est membre de l’association rhodanienne pour le souvenir aérien. Il a réalisé un travail remarquable à base de microfilms de l’US Air force, mais aussi d’archives locales. Ainsi, il a pu reconstituer les dix attaques aériennes, heure par heure, quantifiant le matériel, les pertes subies et les stratégies adoptées.
« Les gros bombardiers partaient d’Italie du Sud ; les petits partaient de Corse, explique Claude Faure. Les Américains étaient très organisés. Ils avaient un plan de vol et se regroupaient dans un axe d’attaque. » Au fil des pages de ses recueils, on peut découvrir la flotte aérienne, les moyens de défense allemands, ou revivre, en intégralité, les journées de bombardement.
Par exemple celle du 6 août, le plus long épisode de l’été, qui se base notamment sur des rapports américains et des témoignages de particuliers . « A 6 h 58 décollent de Décimomanu, Sardaigne, 31 B-26 (…) Beau temps. Route : Base, Cap Delia, Embouchure du petit Rhône. » (M. Delabot, pont ferroviaire) « 6 août-alerte à 9 h 30. 3 e bombardement de Tarascon. Une bombe tombe à droite de la montée de Vallabrègues, sur les dépendances du couvent de la Visitation, tuant trois vaches, un mulet, deux porcs et des lapins. Le pont suspendu est atteint côté Beaucaire (…) » (Monsieur Grandmaison). Il en va ainsi jusqu’à 19 h 10, heure à laquelle le signal d’alerte est levé. Le travail de Claude Faure nous conduit jusqu’au dernier bombardement, le 16 août, à 17 h 04. Les villes seront libérées quelques jours après, ouvrant une nouvelle page dans l’histoire locale, celle de la reconstruction. »

Laisser un commentaire