• Accueil
  • > france
  • > Histoire de France : Le regroupement familial des travailleurs immigrés de 1976 à nos jours…

Histoire de France : Le regroupement familial des travailleurs immigrés de 1976 à nos jours…

Wikipedia : Le regroupement familial fut rendu légal, et institutionnalisé, par le président Valéry Giscard d’Estaing et son premier ministre Jacques Chirac en 1976. (Décret du 29 avril 1976)

Le regroupement familial est la possibilité donnée à des membres d’une famille séparés entre plusieurs pays de se retrouver.

Le plus souvent, le chef du ménage qui confirme son travail à l’étranger se fait rejoindre par le reste de sa famille. Il s’agit d’une nouvelle institutionnalisation d’une immigration de peuplement.

http://www.dailymotion.com/video/xpg39c

Extraits : 1 – Chronique de la violence ordinaire (2005, France 2)- 2 – Jack Lang, universités d’été de la Rochelle du PS 2006- 3 - »La Crise » film de Coline Serreau avec Patrick Timsit (1992).

6 Réponses à “Histoire de France : Le regroupement familial des travailleurs immigrés de 1976 à nos jours…”

  1. ZAKARIAN ELIANE dit :

    Bonsoir. Bravo pour le regroupement des famille qui a permis à toute la racaille africaine du nord et d’ailleurs de pourrir notre beau pays.
    4O ans après on voit le résultat…
    En 2016 nous devrions en fêter l’anniversaire.

  2. langrene dit :

    Bravo eliane zakarian vous avez vu juste.Tous les pays à melting pot sont
    des catastrophes,par exemple toute l’amerique latine qui vit sous le regne de la mafia et si on y ajoute la multiplicité religieuse c’est pire.Par contre je n’ai jamais vu de problemes avec les polonais,les italiens,les espagnols,
    les portugais,les armeniens,les belges et autres européens ou tout au moins trés peu.

    • ZAKARIAN ELIANE dit :

      Oui, et pourquoi les originaires que tu cites ne sont pas des problèmes : parce qu’ils sont judéo-chrétiens.
      Bien qu’athée, je suis sous l’influence de ces religions dont on m’a serinée dans mon enfance et ma foi, je ne regrette pas d’en faire parti.
      Les fauteurs de troubles d’origine européenne sont les Roms et dérivés qui ont il faut bien le dire aucune foi ni loi qui s’insèrent dans nos sociétés.

  3. Marie Nelly dit :

    C’est quand même grave ce que vous dites…
    Des racailles comme vous dites il y en a dans toutes les cultures et religions.
    Aller dans les ZUS à la rencontre de la population et vous verrez que ce ne sont pas forcément ce que vous pensez qui sèment des troubles.
    Je sais de quoi je parle, j’ai grandis dans un quartier dit « sensible » et je suis actuellement travailleur social. Je suis toujours autant désespéré en voyant de tel commentaire !!

  4. Kilo dit :

    Bonjour,
    Je suis d’accord avec les premiers commentaires. Par contre concernant Marie Nelly, je ne sais pas dans quel quartier sensible avez vous travaillé mais moi j’en connais un paquet et ceux qui foutent la merde sont les enfants de l’immigration afro-musulmane. Comment en serait-il autrement ? 90% des populations qui habitent ces quartiers sont des noirs africains ou des maghrébins. Ceci explique cela et ce n’est pas en niant la réalité qu’on résout les problèmes. De toute façon il est bien trop tard pour résoudre quoi que ce soit. Le communautarisme est une plaie bien enracinée et l’invasion migratoire ne fera que empirer la situation. Le futur n’est pas rose ! Hélas !

  5. ZAKARIAN ELIANE dit :

    Marie Nelly vous êtes « l’exception qui confirme la règle » et j’en suis heureuse pour vous. Il n’y a qu’à se renseigner sur les ethnies qu’on trouve dans les prisons et les faits sont là…
    Il y a quelques années pas si lointaines la gauche nous disait que c’était la misère, le racisme, la ségrégation au travail, etc… qui causaient la délinquance chez les minorités. Aujourd’hui on entend plus ce discours car nos gauchos intellos ou pas se sont rendus à l’évidence.
    Mes ancêtres ont traversé les Alpes à la fin du XIXème siècle pour vivre mieux car la réunification de l’Italie n’avait pas apporté de progrès.
    Ceux de mon époux dont je porte le nom ont fuis l’extermination arménienne en 1915.
    Tous ces gens manuels pour la plupart rentraient le soir morts de fatigue après 12 de boulots et on peut dire sont « morts à la tâche »…
    Leurs sens moraux, leurs courages en ont fait de bons français aux prénoms français.

    Aujourd’hui nous avons à faire « A L’ANTI-FRANCE ».

Laisser un commentaire