• Accueil
  • > france
  • > Gendarmes tuées à Collobrières : mise au point du commandant de brigade

Gendarmes tuées à Collobrières : mise au point du commandant de brigade

Gendarmes tuées à Collobrières : mise au point du commandant de brigade dans france 3313712247-300x182Dans une lettre publiée sur Internet, le supérieur hiérarchique d’Alicia Champlon et Audrey Bertaut, tuées lors d’une intervention à Collobrières le 17 juin dernier, donne des précisions sur le drame. Cette lettre circule notamment sur Facebook.

Le commandant de la communauté de brigades de Pierrefeu tient à remettre les pendules à l’heure : « Aucune de ses filles n’a commis d’erreur ou n’a pris la fuite ». Les deux gendarmes sont, affirme-t-il, « tombées dans un traquenard tendu par un tordu qui n’avait qu’une seule envie : tuer du bleu ! »
Le capitaine de gendarmerie félicite ses équipes pour la gestion de l’opération ayant permis l’arrestation du suspect et de sa compagne, et remercie tous ceux qui ont apporté leur soutien à la brigade. Il loue le professionnalisme des victimes, puis revient sur sa décision de les avoir envoyées toutes les deux : « Quant au reproche d’avoir mis deux femmes en patrouille, j’ai eu le même sentiment de culpabilité. Sachez qu’elles devaient être trois, mais que la jeune GAV (NDLR : gendarme adjoint volontaire) ayant un rendez-vous le lendemain matin, je l’en ai exemptée, d’une part. D’autre part, sur 27 personnels, 9 sont des militaires féminins. »
Quant à ceux qui lui reprochent un défaut de préparation de l’intervention, il « met quiconque au défi d’imaginer un instant de savoir à quoi ils vont avoir affaire. » Et d’ajouter : « Si j’avais pensé qu’un tel drame puisse arriver, nous aurions été 27 comme un seul homme à vouloir y aller. »
Le commandant de la communauté de brigades de Pierrefeu fait part également des difficultés à gérer l’après, ainsi que la douleur des équipes. Avant de conclure : « La seule conséquence de ce drame au quotidien c’est qu’il n’y aura jamais plus d’intervention à deux (femmes ou hommes). C’est difficile pour la conception du service, mais j’assume ce choix. » « C’est un choix opérationnel », commente le président de l’Adefdromil (Association de défense des droits des militaires) Jacques Bessy, « mais, au vu des effectifs et de l’organisation de la brigade, les circonstances lui permettront-elles de respecter ce principe ? » On peut malheureusement en douter. Rappelons à ce propos que depuis 2007 le gouvernement UMP a réduit de 3 000 postes par an les effectifs de police et de gendarmerie. Et ce n’est certainement pas Manuel Valls, le nouveau ministre de l’Intérieur qui inversera la tendance.

Source

Laisser un commentaire