Accueil france Marchés publics des Bouches-du-Rhône: l’ancien directeur du renseignement intérieur entendu par les gendarmes

Marchés publics des Bouches-du-Rhône: l’ancien directeur du renseignement intérieur entendu par les gendarmes

0
0
100

Marchés publics des Bouches-du-Rhône: l'ancien directeur du renseignement intérieur entendu par les gendarmes dans france cg13

MARSEILLE (Sipa) — L’ancien « patron » de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, a été entendu le 27 juin dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Marseille, a-t-on appris jeudi de source proche de l’enquête. Cette enquête porte sur les conditions d’embauche et de rémunération de son fils Jean-Baptiste au sein d’une société d’économie mixte, satellite du Conseil général des Bouches-du-Rhône.

L’audition a eu lieu en toute discrétion, par deux enquêteurs de la Section de recherches de la gendarmerie de Marseille, dans les locaux de la direction générale de la gendarmerie nationale, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Elle a duré près de trois heures. Le jeune homme a travaillé pour Treize Développement, de 2005 à 2010.

Le président PS du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, avait pour sa part été entendu le 2 mai dernier par les mêmes enquêteurs. L’élu, ainsi que l’ancien directeur du Renseignement intérieur, ont nié être intervenus de quelque façon que ce soit, précise-t-on de source proche de l’enquête.

Cette enquête préliminaire diligentée par le procureur de la République de Marseille pour « trafic d’influence et complicité », fait suite à une demande de supplétif sollicitée par le juge d’instruction Charles Duchaine, en charge depuis 2009 de l’affaire des marchés publics présumés truqués des Bouches-du-Rhône.

L’audition fait suite à l’interrogatoire de Jean-Marc Nabitz, l’ancien directeur de Treize Développement, qui avait indiqué sur procès-verbal avoir reçu l’ordre d’augmenter substantiellement le salaire de Jean-Baptiste Squarcini. Son salaire était passé de 1.700 euros à 3.000 euros en octobre 2007.

Jean-Marc Nabitz avait notamment indiqué que M. Squarcini s’était « plusieurs fois inquiété » du bon devenir de son fils au sein de Treize Développement. Il avait dit « avoir noté des liens étroits entre Messieurs Squarcini et Guérini, notamment les soirs de matches de l’OM, dans la loge du Conseil général ».

L’enquête préliminaire devrait toutefois être classée sans suite dans les jours prochains, a précisé jeudi une source judiciaire. Jean-Baptiste Squarcini travaille aujourd’hui dans le secteur de l’environnement au Gabon.

xnis/ljg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Fredusud
Charger d'autres écrits dans france

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La GG du jour: Emmanuelle Ménard dénonce l’omerta autour de l’agression de son mari – 10/05