Accueil Critique Comme le Medef, le Grand Orient et le Front de gauche en campagne contre le FN

Comme le Medef, le Grand Orient et le Front de gauche en campagne contre le FN

0
0
53

Comme le Medef, le Grand Orient et le Front de gauche en campagne contre le FN dans Critique anti-fn-bisPar Bruno Gollnisch :

Avec « à sa droite » un concurrent comme  François Hollande, l’homme qui fait rire (jaune)  dans les  chaumières lorsqu’il affirme être « en  guerre contre le monde de la finance » et  qui a réussi l’exploit dans  son programme de ne pas écrire une seule  fois les  mots « salaire » et « ouvrier »,  Jean-Luc Mélenchon joue  sur du velours. Sur France Info, Marine le Pen  d’ailleurs a vu dans le programme  du candidat socialiste un catalogue de  «mesurettes»,  «un projet aseptisé». «Mais où est la rupture avec le modèle libéral? Avec la concurrence déloyale? Où sont les réponses aux problèmes de compétitivité que subissent nos entreprises ?». «M. Hollande se soumet au système, au modèle économique ultra-libéral. Ça n’est pas la rupture qui est la seule à même de sortir notre pays de la spirale du déclin. »

M.  Mélenchon a dénoncé  de son côté un « filet d’eau tiède »…tout en sachant  qu’il appellera  à voter Hollande en cas de présence de ce dernier au second tour. Tout juste a-t-il ajouté sur I-télé, histoire de ménager les apparences, que  « s’il (M Hollande, NDLR) veut me tendre la main, qu’il le dise, et qu’il dise de quelle manière ça va se passer » ; « On regarde ce qu’il y a dans le programme et on en parle. »

En attendant, le candidat des communistes   a compris qu’à défaut de détourner les catégories populaires du vote Le Pen en FN, il peut progresser en  piquant  des voix au sein de l’électorat « traditionnel » de la gauche et donc faire monter les enchères   dans ses futures négociations avec le PS. « Selon des informations Europe1 » rapportait aujourd’hui le site de cette radio, la hausse de M. Mélenchon dans les sondages , « plus deux points selon l’Institut CSA qui le place à 9%. », «  (valide) le choix du candidat du Front de gauche d’attaquer frontalement le Front National. »

« Mélenchon va donc concentrer ses attaques sur Marine Le Pen. Pour cela, il mobilise militants et syndicalistes pour aller bientôt sur ses terres, à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais afin de distribuer un tract consacré exclusivement à contrer les arguments du FN. Un 4 pages tiré à 8 millions d’exemplaires intitulé  Le FN une honte pour la classe ouvrière. »

Autre avantage de   ce type de discours, il   permet à Mélenchon,  « haut gradé » de la secte maçonnique du Grand Orient, la même qui par la voix d’un de ses anciens dirigeants, avait déclaré « une guerre à mort au FN »,   de s’attirer les bonnes grâces médiatiques.  Conjugué  à son  indéniable  talent de bateleur, cela lui permet d’entretenir une petite dynamique de campagne, a fortiori en comparaison avec  la grande médiocrité de ses prédécesseurs.

Les arguments  utilisés  par le candidat du Parti communiste résiduel ne sont pourtant  pas neufs, ils ont  été rabâchés déjà en leur temps par Robert Hue et Marie-George Buffet avec l’insuccès que l’on sait pour les affaires de moins en  moins florissantes de la vieille baraque communiste. A bien  y regarder ils sont  un peu du même ordre que les éditoriaux de L’Humanité expliquant lors de l’insurrection  hongroise de 1956  que si l’armée rouge a écrasé dans le sang  la  révolte populaire hongroise, c’est  pour  le bien de la classe ouvrière  et au nom de la lutte contre le fascisme.

Cette reductio ad hitlerum de l’adversaire, cette capacité à lui dénier toute intelligence, à utiliser à  son encontre des images ou des propos dégradants, que nous évoquions sur ce blog le 19 janvier,  a été souligné aujourd’hui  par l’écrivain  et journaliste Dominique Jamet sur le site Atlantico.  Il s’arrête ainsi sur les  insultes proférés par les « Mélenchon, Aram, Ruquier : ces pourfendeurs du FN qui ne se rendent pas compte qu’ils menacent plus la démocratie que Marine Le Pen ». Pour autant conclut-il non sans ironie   dans cet article,   « Monsieur Mélenchon  fait dans l’humour et ses maîtres à penser sont de toute évidence saint Coluche, feu Pierre Dac et le regretté Ferdinand Lop. Le prendre au sérieux, ce serait le prendre au tragique. Mieux vaut en rire. » Essayons M. Jamet!

Site de Bruno Gollnisch : http://www.gollnisch.com/2012/01/26/comme-le-medef-le-grand-orient-et-le-front-de-gauche-en-campagne-contre-le-fn/

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Fredusud
Charger d'autres écrits dans Critique

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Victoire à Brignoles (Var) : Laurent Lopez (FN) élu avec 53,43 % !

Lors du second tour de l’élections cantonale partielle à Brignoles (Var), Laurent Lopez, c…