• Accueil
  • > culture
  • > Quand l’islamisme tue en Irak, il est protégé en France

Quand l’islamisme tue en Irak, il est protégé en France

marinelepenCommuniqué de presse de Marine Le Pen, vice-présidente exécutive du FN

Le massacre de 46 chrétiens d’Irak dont une majorité de femmes et d’enfants dans la cathédrale de la capitale irakienne, témoigne aux yeux du monde de la prégnance du terrorisme islamiste et de la menace permanente d’une idéologie fondée sur la haine et le mépris de la vie humaine.

Ce carnage inqualifiable contre une communauté chrétienne qui paye un lourd tribut à l’islamisation progressive de l’Irak, révèle une fois encore le visage sanglant de ce nouveau totalitarisme.

C’est au moment où la barbarie islamiste frappe au cœur d’une église, que la justice française requiert contre Jean-Marie Le Pen, deux mois de prison avec sursis, 1 an d’inéligibilité et 20.000 euros d’amende pour avoir dénoncé sur des affiches électorales les dangers de l’islamisme en France.

Ce réquisitoire tout aussi injustifié qu’injustifiable est un coup sévère porté à tous ceux qui en Irak, comme en France, luttent contre l’islamisme et ses desseins totalitaires.

Marine Le Pen, vice-présidente du Front National, dénonce à travers ce procès cette politique de bienveillance des pouvoirs publics vis-à-vis d’une idéologie liberticide qui ne peut qu’encourager les islamistes à multiplier leurs exigences et leurs revendications.

Elle apporte tout son soutien à la communauté chrétienne d’Irak victime de cette stratégie de la terreur.

Laisser un commentaire