Japon : pas d’aide sociale pour les étrangers

 japontokyoshinjuku.jpg

Nations Presse Info : Selon la décision récente d’un tribunal, les étrangers qui ont un permis de résidence permanent au Japon n’ont pas le droit de recevoir d’aides sociales. Une Chinoise avait porté plainte après que l’administration d’Oita ait refusé de la soutenir financièrement.

« La loi sur la protection des ressources s’adresse uniquement aux citoyens japonais », a annoncé Yasuji Issahi, président du tribunal d’instance de Oita lundi, alors qu’il prononçait son verdict. « Attribuer des aides sociales aux étrangers serait plutôt une sorte de charité. Les étrangers n’ont pas le droit de recevoir de versements ».

L’histoire avait commencé en 2008, lorsque les autorités locales d’Oita avaient refusé d’attribuer l’aide sociale à une Chinoise de 78 ans détentrice d’un permis de résidence permanent, au motif qu’elle avait déjà « une bonne somme d’argent » dans son épargne.

Après une plainte de la femme, l’objet principal du procès était devenu le droit des étrangers à recevoir des aides sociales. Et selon ce jugement, la réponse est non.

Selon le Mainichi Daily News, la plaignante compte faire appel.

Ce jugement était le premier à traiter la question des aides sociales pour les étrangers et pour ceux qui possèdent un permis de résidence permanent.

Les demandeurs en hausse

Pourtant, Tokyo avait annoncé en septembre une importante hausse des allocataires d’aides sociale en 2010. Selon le ministère de la Santé, du Travail et de la Sécurité sociale, leur nombre a dépassé les 1,9 million pour la première fois depuis 1955, à l’époque où le Japon se remettait encore des dégâts de la Seconde Guerre Mondiale.

Selon Japan Today, cette hausse est liée à l’éclatement de la bulle économique. Depuis 2008 et le choc du marché financier provoqué par la banque Lehman Brothers, le nombre de demandeurs d’aide sociale a augmenté de 100 000 personnes par an.

La question du droit de l’attribution de l’aide sociale vient s’ajouter au débat sur le droit de vote des étrangers. Ce sont majoritairement des descendants d’immigrés chinois ou coréens, qui sont nés au Japon qui se plaignent de ne pas pouvoir voter lors des élections locales ou nationales.

Depuis plusieurs années, les partis discutent la question sans pour autant parvenir à un accord. Mais en septembre, les étrangers membres du Parti Démocrate ont pu participer à l’élection du nouveau président du parti, une première pour le Japon.

Lire l’article d’Aujourd’hui le Japon

Laisser un commentaire