Ryanair visée par une enquête pour travail dissimulé

 ryanair.bmp

Le procureur de la République d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) a ouvert le 8 avril dernier une information judiciaire contre la compagnie irlandaise à bas coût Ryanair pour « travail dissimulé, prêt illicite de main d’oeuvre, emploi illicite de personnel naviguant et entrave au fonctionnement du comité d’entreprise ».

Le préjudice total dont pourraient avoir été victimes divers organismes sociaux pourrait dépasser les 4 millions d’euros.

La compagnie Ryanair aurait embauché sous contrat irlandais quelque 120 salariés qui travaillaient sur la base d’exploitation de Marignane (Bouches-du-Rhône) et auraient donc dû être déclarés sur le territoire français.

Plusieurs opérations de perquisition ont eu lieu le mois dernier. Cette enquête fait suite aux investigations de l’Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI).

Le patron de la compagnie, Michael O’Leary (plusieurs fois millionnaire) se déclare pro-Européen convaincu. Il avait déposé une plainte auprès de la Commission européenne contre le plan de sauvetage selon lui “illégal” de sa concurrente italienne Alitalia(octobre 2008). Dans un communiqué, Ryanair avait jugé que ce plan, qui prévoyait le rachat d’Alitalia par un groupe de patrons italiens, avec la bénédiction du gouvernement, était une nouvelle illustration “de la protection illégale dont les compagnies nationales continuent à bénéficier de la part de leurs Etats, à hauteur de plusieurs milliards d’euros”.

Le SNPL, syndicat de pilotes de lignes en France, estime que la low cost doit appliquer à Marseille, où elle possède une base, le droit social français. Pour le syndicat, “tout en pratiquant un chantage aux subventions locales, Ryanair ne s’acquitte pas des charges sociales françaises, en distorsion de concurrence par rapport aux compagnies françaises qui opèrent les mêmes lignes”.

Fred LAUPIES

Une réponse à “Ryanair visée par une enquête pour travail dissimulé”

  1. Andorana dit :

    Les fraudes ne seront jamais punies car elles permettent à des « gros » de soudoyer des gouvernements.

Laisser un commentaire