Coup de filet chez des cambrioleurs…

Image de prévisualisation YouTube

Le 23 novembre 2006, alors qu’il était préfet d’Indre-et-Loire, La Nouvelle République du Centre-Ouest publie dans son édition papier et en ligne une interview lui prêtant certains propos quant aux gens du voyages : « il y en a trop sur le département. On a été trop laxiste pendant trop longtemps Chacun sait que quand ils arrivent quelque part, il y a de la délinquance ». Parallèlement, le journal fait un article sur le sujet dans son blog, pour que les internautes laissent des commentaires.

Le MRAP porte plainte, et le 13 septembre 2007, Paul Girot de Langlade est condamné en première instance par la 17e chambre du Tribunal correctionnel de Paris à 2 000 euros d’amende pour « provocation à la discrimination à raison de l’origine ». Suite à cette condamnation, il est mis « hors cadre » (c’est-à-dire préfet sans affectation à un territoire) et remplacé par Patrick Subrémon.

Interjetant appel, Paul Girot de Langlade reçoit le soutien d’un très grand nombre de personnes dont l’ensemble des élus de droite et socialistes d’Indre-et-Loire et d’une grande majorité des élus des départements dont il a eu la charge. Une pétition avec près de 2 000 signatures est remise fin 2007 au Président de la République par Yves Dauge (PS) et Philippe Briand (UMP), parlementaires d’Indre-et-Loire

Il est finalement relaxé de toutes les charges pesant à son encontre par un arrêt de la 11ème chambre de la Cour d’appel de Paris le 25 juin 2008. L’arrêt de la Cour d’appel a été confirmé par la Cour de Cassation en novembre 2009

Le Nouvel Obs :

Seize personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans la cadre d’un vaste coup de filet mené contre un réseau de cambrioleurs issus pour l’essentiel de la communauté des gens du voyage, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Près de 250 gendarmes ont participé à l’opération, baptisée « Trafic 04″, qui a eu lieu dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse, des Alpes-de-Haute-Provence, du Var et des Alpes-Maritimes.

Le réseau serait à l’origine d’au moins soixante-dix vols. Lors des perquisitions, les enquêteurs ont découvert au domicile des suspects près de 300 munitions, notamment de gros calibre, des écrans plats, des ordinateurs portables, de l’outillage professionnel et des vêtements de marque. Quatre camions bennes ont été saisis. Le Groupe d’intervention régional (GIR) de Provence-Alpes-Côte d’Azur a apporté son concours à l’opération. AP

Laisser un commentaire