• Accueil
  • > france
  • > Aix, Marseille et Avignon : les policiers réclament plus de moyens

Aix, Marseille et Avignon : les policiers réclament plus de moyens

policemunicipaleagents.jpg 

A Marseille, ils étaient une cinquantaine de syndicalistes à être allés à la rencontre des Marseillais dans le hall de la gare Saint-Charles.

Les policiers protestent contre la dégradation de leurs conditions de travail et condamnent notamment la disparition de « 8000 postes d’ici 2012« , les 18 millions d’heures supplémentaires qui restent en carence dans la corporation et le taux de suicide particulièrement inquiétant, quatre fois plus important que chez France Télécom (50 cas par an environ).

Avec de plus en plus de policiers qui se donnent la mort sur leur lieu de travail.

« Bien sûr, l’arme de service rend plus facile le passage à l’acte, témoigne Marcel Maunier, 57 ans, retraité de la police ayant terminé sa carrière à la Bac à Marseille et président de l’association Défense Police. Comme dit un collègue avec de l’humour noir, nous, on ne se manque pas. Mais cela ne doit pas masquer la pression que nous subissons. »

Une manière de dénoncer un autre « management de la terreur » que celui à France Télécom. « Je disais souvent avec les collègues que nous vivions dans la peur. Mais pas celle des voyous. Celle de la hiérarchie. » La « culture du résultat » et la religion du chiffre ferait des ravages chez les policiers. « J’avais un ami, même s’il avait des problèmes de santé, il se mettait la pression tout seul avec les consignes des commissaires, détaille Marcel Maunier. À la fin, il a craqué et il s’est flingué. » Et, comme les syndicalistes, il met en avant les exigences « sans contrepartie » de la hiérarchie. Et sans véritables moyens. « On nous demande de lutter avec efficacité contre la délinquance mais nous en avons pas les moyens. Alors, nous, à la base, nous sommes confrontés à la colère de la population. Cela c’est dur à vivre. »

Source La Provence

Laisser un commentaire