• Accueil
  • > Résistance
  • > Anne-Marie Le Pourhiet : la discrimination positive marque le « retour au droit des orangs-outans »

Anne-Marie Le Pourhiet : la discrimination positive marque le « retour au droit des orangs-outans »

pourhiet0019.jpg

A lire ou à relire cet entretien paru dans l’Observatoire du Communautarisme :  

10/10/2005

Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit public à l’Université Rennes-I, se livre dans cet entretien à l’Observatoire du communautarisme à une dénonciation en règle des principes de la discrimination positive et du règne du politiquement correct qui pèse chaque jour davantage sur le débat public. Rappel des principes républicains élémentaires, défense de l’assimilation comme modèle historique, du droit à la distinction et au jugement et critique de l’indifférenciation postmoderne : un entretien tonitruant et décapant !


Entretien réalisé par courrier électronique

Observatoire du communautarisme : Quels sont les principes de la discrimination positive ?

Anne-Marie Le Pourhiet : Le terme de discrimination lui-même est aujourd’hui tellement galvaudé qu’on ne sait plus du tout de quoi l’on parle. Il paraît donc nécessaire de « déconstruire » un peu notre sujet.

Le mot « discriminer » n’a a priori aucun sens péjoratif ou répréhensible puisqu’il désigne simplement le fait de distinguer, séparer, sélectionner ou discerner et vous m’accorderez qu’il est en principe tout à fait louable de savoir distinguer les êtres, les choses, les caractères ou les oeuvres. Il est rassurant de jouir de ses « facultés de discernement » et c’est le contraire qui est jugé inquiétant par le corps médical. Savoir distinguer un homme courageux d’un lâche, un homme vertueux d’un fainéant, un savant d’un ignorant, le permis de l’interdit ou encore un chef d’œuvre d’un barbouillage est traditionnellement une qualité.
Il se trouve cependant que par un glissement sémantique dont on ignore l’origine mais qui est peut-être lié au goût postmoderne pour l’indifférenciation, le terme de discrimination a acquis une signification essentiellement péjorative désignant des distinctions arbitraires et mal fondées. Dès lors, une discrimination devient une sélection négative préjudiciable à celui qui la subit au point d’être moralement et/ou juridiquement condamnée. C’est ce qui résulte clairement de la politique dite de « lutte contre les discriminations ».

La suite …

Laisser un commentaire