Affaire des faux diplômes !

 01.jpg Laroussi Oueslati à droite

Ça chauffe pour le président de l’université de Toulon. Le rapport commandé par Valérie Pécresse vient de lui être rendu. Il accable Laroussi Oueslati, par ailleurs conseiller régional PRG.

Le Point :

Ça chauffe pour le président de l’université de Toulon. Le rapport commandé par Valérie Pécresse vient de lui être rendu. Il accable Laroussi Oueslati, par ailleurs conseiller régional PRG. « La responsabilité du président de l’université est engagée », annonce mardi la ministre de l’Enseignement supérieur. Auparavant, elle a reçu le Toulonais et ses vice-présidents à Paris, les informant de la teneur de l’enquête et de sa demande au recteur de l’académie de Nice Christian Nique de saisir la section disciplinaire du conseil d’administration de l’université. Valérie Pécresse compte par ailleurs remettre ce rapport de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche et « au procureur de la République, dans le cadre de l’enquête judiciaire en cours ».


Les inspecteurs ont ainsi découvert « de graves irrégularités dans l’application des textes réglementaires régissant la procédure d’admission des étudiants étrangers et de validation de leurs études à l’université du Sud Toulon-Var ». D’après un prérapport révélé fin juillet, le président de l’université de Toulon aurait gonflé l’effectif de l’université pour l’année écoulée. L’Institut d’administration des entreprises (IAE) de Toulon, qui est blanchi par le document, a été contraint d’accueillir à la peine 138 étudiants chinois. « L’IAE n’a pas délivré de faux diplômes », insiste son directeur Pierre Gensse, soulagé par l’annonce de Valérie Pécresse. « On voit que le problème se trouve en amont, au niveau de la présidence de l’université ».

La suite …

Laisser un commentaire