Accueil Résistance Un an de prison ferme pour l’agresseur de Marine Le Pen

Un an de prison ferme pour l’agresseur de Marine Le Pen

0
0
97

 luckyluke01.jpg

Hier, vendredi 10 octobre, le tribunal correctionnel de Béthune a condamné l’agresseur de Marine Le Pen dans une autre affaire de violences en réunion.

Le délinquant notoire, présenté à l’époque comme un petit ange par certains médias locaux, avait, le 2 septembre dernier, effectué une dangereuse course poursuite sur l’autoroute entre Arras et Hénin-Beaumont contre un véhicule qui ne roulait pas assez vite à ses yeux.  A l’intérieur, un jeune couple sans histoire qui restera traumatisé à vie.

La course poursuite s’est arrêtée en plein centre ville d’Hénin-Beaumont, rue Hénocq, où le voyou, accompagné d’un multirécidiviste qui sortait tout juste de prison, a cerné ses victimes…

Enfermés dans leur véhicule, les victimes ont vu leurs vitres éclatées par l’agresseur de Marine Le Pen qui les a sortis de force de la voiture. Les deux voyous ont, à coup de pied et à coup de poings, tabassé la victime avec une violence et une haine incroyable. Les victimes, qui resteront terrorisées sur place, ne connaissaient même pas leurs bourreaux !

Placé en garde à vue, l’agresseur de Marine Le Pen a ensuite insulté et menacé de mort les policiers.

Le tribunal correctionnel a reconnu coupable le sinistre Héninois et l’a condamné à un an de prison ferme avec maintien en détention.

C’est la seconde condamnation en une semaine pour le multirécidiviste. Le 3 octobre dernier, le tribunal correctionnel de Béthune l’avait déjà condamné à 4 mois de prison avec sursis pour violences en réunion. Il avait, le 5 juin 2006, rue des aubépines à Hénin-Beaumont, tabassé une mère de famille à coups de barre de fer !

Parallèlement, le voyou est sous le coup de deux instructions quasi- closes. Son procès concernant l’enlèvement et la séquestration de la fille d’un ancien adjoint au maire d’Hénin-Beaumont se tiendra à Avesnes-sur-Helpe d’ici la fin de l’année tout comme celui concernant l’agression de Marine Le Pen.

Steeve Briois demande aux médias régionaux de bien vouloir rendre publique cette condamnation particulièrement grave. Outre les faits accablants, l’agresseur de Marine Le Pen était sous le coup d’une interdiction de séjourner dans le Pas-de-Calais lorsqu’il a agressé le jeune couple !

Ce scandale judiciaire illustre bien le climat d’insécurité et d’impunité, fruit de la calamiteuse politique de l’UMPS, qui règne dans notre région.

Source

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Fredusud
Charger d'autres écrits dans Résistance

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Gilbert Collard défend les éleveurs de chevaux

Ministère interrogé : ECO Ministère de I’économie et des finances Question n° 12-00024 M. …